négociations difficiles entre chypre et ses bailleurs de fonds
négociations difficiles entre chypre et ses bailleurs de fonds © reuters

Après une semaine de flottement, un accord a finalement été trouvé cette nuit à Bruxelles pour venir en aide à Chypre. Chypre sauve donc sa place dans la zone euro, mais ne sort pas indemne d'un accord entre les responsables de la zone euro, le FMI et les autorités chypriotes qui vise ses deux premières banques ainsi que leurs plus gros déposants, souvent russes, et lourd d'incertitudes pour son avenir économique.

Le prix à payer par Nicosie est très élevé. Cet accord prévoit le versement de 10 milliards d'euros à l'île qui en échange a décidé de fermer la Laiki Bank (Popular Bank en anglais), la deuxième banque du pays. Cette mesure aura pour effet de réduire considérablement la taille du secteur bancaire chypriote, jugé surdimensionné par rapport à l'économie de l'île puisqu'il représente environ huit fois son Produit intérieur brut.

L’accord prévoir également de taxer les détenteurs d'actions, d'obligations et de comptes bancaires au delà de 100 000 euros. Ils seront taxés à hauteur de 30%.

Les autorités chypriotes vont également signer dans les prochaines semaines avec la troïka (UE, Banque centrale européenne et FMI) un protocole d'accord prévoyant des réformes structurelles, des privatisations et une hausse de l'impôt sur les sociétés qui passera de 10 à 12,5%. Parmi les efforts demandés à Chypre figurera aussi la lutte contre le blanchiment d'argent, en fonction des résultats d'un audit imminent.

Aujourd'hui est un jour férié à Chypre, un jour bien morose Mathilde Lemaire

Nicosie va restreindre les mouvements de capitaux, pour éviter leur fuite. La réouverture des banques fermées depuis le 16 mars a été confirmée. Elle ne concerne pas les deux les plus importantes.

Un mauvais coup fait aux épargnants russes

Les plus gros déposants de Chypre sont russes, et c'est sur eux que le nouveau plan place la charge la plus lourde. Le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Alexeï Pouchkov, a tempêté sur Twitter contre un "sauvetage" qui se fait "en volant les déposants".

A Moscou, Marc Crépin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.