l'opposant russe alexeï navalny condamné à cinq ans de prison
l'opposant russe alexeï navalny condamné à cinq ans de prison © reuters

L'opposant russe Alexeï Navalny a été condamné pour détournement de fonds, son coaccusé écope lui de quatre ans de prison. Navalny est un célèbre blogueur en Russie, bien connu pour ses critiques envers le chef du Kremlin. Il dénonce un procès politique.

Il dément toujours toute malversation, et affirme que les poursuites engagées contre lui obéissent à des motifs bien différents. Il faut dire que cette peine de cinq ans signifie aussi qu'il ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle de 2018 ni aux municipales de septembre pour briguer la mairie de Moscou, comme il le désirait. Et comme Vladimir Poutine ne le désirait sans doute pas.

Les précisions à Moscou de notre correspondant Marc Crépin.

Alexeï Navalny est resté perplexe lorsque le magistrat a annoncé qu'il était reconnu coupable d'avoir organisé le vol de 16 millions de roubles (494.400 dollars) dans une entreprise publique d'exploitation forestière en 2009 à l'époque où il était conseiller du gouverneur de la région.

Le juge Sergueï Blinov a expliqué qu'il n'existait pas de circonstances atténuantes de nature à prononcer une condamnation avec sursis et qu'Alexeï Navalny ne pouvait être "puni" sans être mis à l'écart de la société.

"Bougez-vous", lance-t-il à ses partisans

Sur son compte Twitter, l'accusé a estimé que le magistrat n'avait fait que répéter les accusations du parquet et exprimé son accord avec ce dernier. Il y compare aussi Poutine à un "crapaud" qui utilise les recettes pétrolières du pays pour se maintenir au pouvoir.

"Ne me regrettez pas. Mieux, bougez-vous", écrit-il à ses partisans.

Plusieurs manifestations ont immédiatement eu lieu après le verdict. Au moins deux personnes qui manifestaient devant le centre de détention préventive de Kirov, où Alexeï Navalny a été conduit, ont été arrêtées.

A Moscou, quelque 3.000 personnes se sont rassemblées près du Kremlin et une dizaine d'entre elles ont été arrêtées, la police fendant la foule pour interpeller les manifestants brandissant des portraits de Navalny.

Des rassemblements ont également eu lieu à Saint-Pétersbourg et Yekaterinburg, dans l'Oural, mais aucun incident n'a été signalé.

Alexeï Navalny s'est imposé l'an passé comme l'un des opposants les plus déterminés à Vladimir Poutine, affirmant vouloir être président.

Après le prononcé de la condamnation, il a embrassé sa femme Ioulia et sa mère, et serré la main de son père avant d'être emmené menottes aux poignets par un policier.

Pour Gorbatchev, une utilisation "inacceptable" de la justice

Les organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé la tenue de ce procès, y voyant l'illustration de la répression menée contre les opposants depuis le début du troisième mandat de Vladimir Poutine à la tête de l'Etat russe.

Même l'ancien président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, a dénoncé une utilisation "inacceptable" de la justice contre un adversaire politique. Une affaire qui selon lui "confirme malheureusement que nous n'avons pas une justice indépendante".

Le procès d'Alexeï Navalny est le plus important en Russie depuis l'emprisonnement en 2005 de l'ex-magnat russe du pétrole, Mikhaïl Khodorkovski, pour évasion fiscale et fraude.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.