Sauf surprise, l'élection de Joe Biden comme 46e président des États-Unis devrait être entérinée ce lundi. Les 538 grands électeurs doivent voter en fonction des résultats de leur État et de leur engagement, car la présidentielle américaine est un scrutin indirect.

 États-Unis : Les grands électeurs vont désigner leur candidat ce lundi 14 décembre
États-Unis : Les grands électeurs vont désigner leur candidat ce lundi 14 décembre © AFP / CHIP SOMODEVILLA / Tassos KATOPODIS / Getty Images via AFP

C'est le D-Day. Ce lundi, les 538 grands électeurs (appelé le collège électoral) vont se réunir dans chaque État et élire le président américain. Joe Biden a déjà été élu, direz-vous. Oui, c'est vrai. Mais le scrutin présidentiel américain étant un scrutin indirect à un tour désigné dans la Constitution et les grands électeurs choisis par les votants du 3 novembre dernier doivent maintenant désigner celui pour lequel ils s'étaient engagés avant la campagne. 

Qui sont les grands électeurs ? 

Ce sont les partis politiques qui nomment les grands électeurs au printemps précédant l'élection présidentielle. Les anciens présidents et vice-présidents des États-Unis peuvent être des grands électeurs, tout comme des élus locaux, mais aussi de grands donateurs de campagnes politiques, ou encore des militants particulièrement impliqués dans les campagnes de leur parti. En revanche, un sénateur ne le peut pas.

Combien sont-ils ?

Chaque État a un certain nombre de grands électeurs. Ce nombre diffère d'un État à l'autre, en fonction de sa population. Par exemple, la Californie étant l'État le plus peuplé, elle a 55 grands électeurs. Les États les moins peuplés, le Wyoming, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, le Delaware, le Vermont, l'Alaska, le Montana et le District de Columbia (même si ce dernier n'est pas un État) n'ont que trois grands électeurs. Pour être élu président des États-Unis, il faut obtenir la moitié des voix du collège électoral, soit 270.

Quel est le rapport de force entre Joe Biden et Donald Trump ? 

Cette année, le démocrate Joe Biden est assuré d'obtenir 306 voix du collège électoral, après avoir obtenu 81 282 903 votes populaires. De son coté, Donald Trump a acquis 232 voix du collège électoral, après avoir obtenu 74 23 030  voix populaires.

Les grands électeurs votent-ils toujours pour le candidat qu'ils soutiennent ? 

Non ! Dans 48 États et le District de Columbia, les voix des grands électeurs vont toutes au candidat qui a obtenu le plus de voix lors du scrutin populaire (système appelé "winner-take-all system"). Donc, un grand électeur républicain peut être amené à devoir voter pour le candidat démocrate et vice-versa. La loyauté veut qu'aucun grand électeur ne manque à son devoir. Le Maine et le Nebraska sont les seuls États qui n'utilisent pas le système du winner-takes-all . Dans ces deux États-là, certaines voix de grands électeurs peuvent aller à un candidat alors que d'autres peuvent aller à l'autre candidat.

Il est déjà (rarement) arrivé qu'un grand électeur ne suive pas la règle. Ainsi, en 1948, 1956, 1960, 1968, 1972, 1976 et 1988, un grand électeur n'a pas respecté la loi. Par ailleurs, en 2000, lors du face-à-face entre George W.Bush et Al Gore, un grand électeur a voté blanc. Et en 2016, sept électeurs n'ont pas voté pour le candidat à la présidentielle désigné par leur État, et six ont fait pareil pour le candidat à la vice-présidence.  

Pour s'assurer un maximum de sûreté et éviter toute fraude ou menace, les grands électeurs n'ont pas le droit de tous se réunir dans un endroit unique. Ils doivent rester dans la capitale de leur État le jour de leur vote.

Le vainqueur du scrutin populaire peut-il ne pas être élu Président ?

Oui, c'est d'ailleurs arrivé à cinq reprises dans l'histoire américaine. En 1824, Andrew Jackson a remporté l'élection mais personne n'a obtenu la majorité des grands électeurs. C'est la Chambre des représentants qui a du désigner le Président, en l'occurrence John Quincy Adams. 

En 1876, Samuel Tilden obtient la majorité, mais Rutherford B. Hayes l'emporte par une voix du collège électoral. En 1888, Benjamin Harrison obtient le plus de grands électeurs face à Grover Cleveland qui pourtant avait obtenu le plus de voix populaires. En 2000, George W. Bush a obtenu 500 000 voix de moins qu'Al Gore mais a été élu grâce aux grands électeurs de Floride. Enfin, en 2016, Donald Trump a remporté la majorité du collège électoral même s'il a obtenu trois millions de voix de moins qu'Hillary Clinton lors du scrutin du 8 novembre 2016.

Un système électoral qui fait l'objet du plus grand nombre de propositions d'amendements à la Constitution. On dénombre plus de 700 demandes devant le Congrès pour réformer, voire supprimer le collège électoral. C'est en 1969 qu'un texte a été le plus proche d'être adopté. Un amendement a en effet été en effet voté à une très large majorité à la Chambre des représentants, et soutenu par le Président de l'époque Richard Nixon. Mais il n'a pas passé l'épreuve du Sénat.