ariel castro, le ravisseur présumé de cleveland, inculpé pour viol et enlèvement
ariel castro, le ravisseur présumé de cleveland, inculpé pour viol et enlèvement © reuters

Après avoir passé une décennie cloîtrées dans une maison de Cleveland, Amanda, Gina et Michelle renouent péniblement avec la réalité. Leur témoignage et celui d'Ariel Castro - leur kidnappeur - laissent entrevoir une détention cauchemardesque.

Les Etats-Unis sont toujours sous le choc après la découverte du calvaire vécu par trois adolescentes, Amanda Berry, Gina DeJesus et Michelle Knight devenues des femmes de 27, 23 et 32 ans, retenues durant dix ans par leur ravisseur Ariel Castro, 52 ans.

Un procureur de l'Ohio a déclaré jeudi vouloir obtenir l'inculpation pour meurtre avec circonstances aggravantes d'Ariel Castro. S'il était reconnu coupable d'un tel chef d'accusation, Ariel Castro serait passible de la peine de mort.

Fabienne Sintes a assisté à l'audience de mise en examen

Le procureur Timothy McGinty a déclaré lors d'une conférence de presse que de telles accusations de meurtre se fonderaient sur le témoignage de l'une des jeunes femmes retenues en captivité au domicile de Castro. Celle-ci a déclaré qu'après l'avoir mise enceinte, il lui avait fait subir de mauvais traitements physiques et l'avait affamée, dans le but de provoquer des fausses couches.

Le procureur McGinty a déclaré qu'il déterminerait ultérieurement s'il requerrait la peine de mort. Ariel Castro a été présenté jeudi devant un juge qui lui a notifié officiellement ses chefs d'inculpation - quatre pour enlèvement et trois pour viol.

Portrait d'Ariel Castro par Fabienne Sintes

"Des policiers ont pleuré" en découvrant les jeunes femmes, a rapporté le représentant du FBI Steve Anthony. C'est dire les conditions de détention qu'ils ont découvert en pénétrant dans la maison de la Rue Seymour, dont Ariel Castro était le propriétaire.

Officiellement mis en examen pour viol et kidnapping ce jeudi, Castro avait été arrêté mardi - après l'appel d'Amanda Berry - avec ses frères. Nilo et Pedro Castro ont depuis été mis hors de cause.

Ariel Castro a été présenté devant un juge qui lui a notifié officiellement ses chefs d'inculpation - quatre pour enlèvement et trois pour viol. Le montant de la caution a été fixé à huit millions de dollars.

Écoutez les dernières précisions de Fabienne Sintes à 18h.

Passé le choc de la libération, les jeunes femmes vont devoir se réinsérer dans la vie quotidienne et répondre aux multiples questions des enquêteurs. Elles ont d'ailleurs déjà commencé, puisque depuis mercredi elles sont auditionnées.

Comment se reconstruire après cette épreuve ? Jean-Pierre Olié est professeur de psychiatrie à l'hopital Saint Anne à Paris.

Grâce à leurs premiers témoignages, mais aussi ceux d'Ariel Castro qui parle aux enquêteurs, une ébauche de leur calvaire commence à se faire jour. Les jeunes femmes ont évoqué de multiples grossesses, des coups, et deux sorties - en dix ans.

Des chaînes et des cordes ont été retrouvées dans le couloir de la maison d'Ariel Castro. "Nous avons la confirmation qu'elles étaient attachées" a indiqué le chef de la police locale Michael McGrath.

Beth Berry, la soeur d'Amanda
Beth Berry, la soeur d'Amanda © radio-france
"Nous avons plusieurs questions sans réponses. Pourquoi ont-elles été enlevées? Comment ont-elles été enlevées? Et comment sont-elles restées à Cleveland sans être repérées pendant tout ce temps?", s'est demandé mardi le maire de Cleveland, Frank Jackson, lors d'une conférence de presse. Pour l'instant les jeunes femmes ont été mises à l'abri de la presse. Elles parleront à leur rythme. Amanda Berry est arrivée en fin d'après-midi avec sa fille, au domicile de sa soeur, mais s'est refusée à toute déclaration. C'est sa soeur, Beth, qui a dit quelques mots à la presse. _A Cleveland, Fabienne Sintes_
Gina DeJesus est également rentrée chez elle ce soir, le visage masqué par son pull et le bras levé dans un signe de joie et de victoire, sous les applaudissement ed la foule massée autour du domicile de sa famille. Les proches des trois jeunes filles crient aujourd’hui au miracle : "Je n'ai jamais abandonné, j'ai toujours cru en Dieu, je savais qu'elle rentrerait", s'est réjoui Ricardo DeJesus, le frère d'une des trois jeunes femmes. Le choc a été d'autan plus important pour la famille DeJesus, qu'Ariel Castro n'avait pas hésité le mois dernier à participer à une veillée organisée par les parents de Gina DeJesus, l'une de ses captives, à l'occasion du neuvième anniversaire de sa disparition. En fait, les deux familles ont toujours été proches. _Le reportage à Cleveland de Fabienne Sintes_
### Les enquêteurs s'intéressent maintenant à la personnalité d'Ariel Castro Cet ancien chauffeur d'un autocar scolaire vivait seul. Du moins, c'est ce que croyaient ses voisins du quartier ouvrier, à majorité latino, dans lequel il vivait. Personne ne l'avait vu en compagnie d'une femme depuis son divorce, des années auparavant. Lorsqu'il était apparu se promenant au parc ou allant au McDo du coin avec une fillette de six ans, il avait simplement expliqué que c'était l'enfant de sa petite amie et personne n'avait trouvé à y redire. De même, personne ne s'étonnait de le voir revenir à la pause du déjeuner avec suffisamment de nourriture et de boissons pour ravitailler plusieurs personnes. Pendant des années, les voisins d'Ariel Castro l'ont considéré comme un type amical mais discret, un musicien qui jouait de la basse dans des orchestres latinos, qui aimait les motos -il était un mécanicien amateur- parlait volontiers de voiture et participait aux barbecues organisés dans sa rue, Seymour Avenue. Dans le quartier, on prie aujourd'hui pour que Dieu pardonne le fait que personne n'a compris ou vu quoi que ce soit. _Le reportage à Cleveland de Fabienne Sintes_
### La Mairie et la police mises en cause__ Au fil du temps, d'autres incidents troublants ont attiré l'attention des voisins qui ont eux-mêmes attirél'attention de la police. "Nous n'avons aucun élément indiquant que des voisins, des passants, des témoins ou quiconque d'autre aient un jour appelé pour fournir une information en rapport avec ce qu'il se passait dans la maison de Seymour Avenue", a déclaré le maire Frank Johnson. Pourtant, un voisin, Israel Lugo, soutient avoir téléphoné à la police en novembre 2011 après que sa soeur eut vu dans la maison une fille tenant un bébé dans ses bras et pleurant pour demander de l'aide. Une patrouille s'est alors présentée, les policiers ont frappé à la porte plusieurs fois puis sont partis quand personne ne leur a répondu. Les trois frères Castro sont à nouveau interrogés actuellement et devraient être formellement accusés ce soir.
Cleveland infographie
Cleveland infographie © IDE
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.