Le Giec pointe la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique
Le Giec pointe la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique © LANDOV/MAXPPP

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a adopté un rapport désignant encore plus clairement l'homme comme le principal responsable du réchauffement climatique. Les températures devraient augmenter dans une fourchette allant de 0,3 à 4,8°C d'ici la fin du XXIe siècle.

Cette étude, censée éclairer les gouvernements du monde entier sur les causes et les risques du réchauffement climatique, avertit que les effets des émissions de gaz à effet de serre (Ges) se feront sentir pendant des siècles.

Enfin, les spécialistes prédisent que le ralentissement du réchauffement climatique constaté depuis le début du XXIe siècle ne durera pas.

Le rapport du Giec précise que la plupart des modifications (climatiques) sont attribuées au rôle de l'activité humaine. (Laurent Bopp, l'un des auteurs du rapport)

A ECOUTER : > L'interview de Laurent Bopp, directeur de recherche au CNRS au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, l'un des auteurs du rapport, dans le journal de 18h d'Angélique Bouin

L’homme, principal responsable

Réunis depuis lundi à Stockholm, les membres du Giec affirment que les activités humaines constituent de manière "extrêmement probable ", c'est-à-dire avec une probabilité d'au moins 95%, la cause principale du réchauffement de la planète depuis le milieu du XXe siècle.

Cette probabilité était de 90% dans le précédent rapport du Giec en 2007 et de 66% dans celui de 2001.

A ECOUTER : > Les précisions de Nathalie Fontrel dans le journal de 19h

Conséquences désastreuses

Pour les experts, la Terre devrait connaître plus de réchauffement et de phénomènes extrêmes (canicule, sécheresse, inondations et montée du niveau des mers) au fur et à mesure de l'accumulation de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Les océans vont également s'acidifier, ce qui menacera une partie de la vie sous-marine.

Les températures devraient augmenter dans une fourchette allant de 0,3 à 4,8°C d'ici la fin du XXIe siècle.

Pour sortir l'humanité de la zone de grand danger, les Etats doivent accentuer leur action immédiate sur le climat et mettre au point en 2015 un accord qui contribue à élargir et à accélérer la réponse mondiale." (Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques)

Quant au niveau des mers, il pourrait monter de 26 à 82 cm d'ici 2100 en raison de la fonte des glaces et de l'expansion des étendues d'eau provoquée par leur réchauffement. Dans cette éventualité, plusieurs mégapoles côtières, comme Shanghai et San Francisco, seraient menacées.

A ECOUTER > L'émission de France Inter "La tête au carré" était consacrée aujourd'hui à ce rapport du Giec et à ces "Inquiétudes autour du climat".

Climat : les différents scénarios du réchauffement
Climat : les différents scénarios du réchauffement © IDE
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.