Alors que les Etats-Unis battent leur record du nombre de morts en 24 heures, les trois prédécesseurs de Donald Trump ont informé les autorités sanitaires qu'ils se portaient volontaires pour recevoir le vaccin, y compris devant les caméras, afin de rassurer les Américains sur la fiabilité des sérums.

Les ex-présidents américains Bill Clinton, George W.Bush et Barack Obama volontaires pour se faire vacciner contre la Covid-19
Les ex-présidents américains Bill Clinton, George W.Bush et Barack Obama volontaires pour se faire vacciner contre la Covid-19 © AFP / Brian Ach, Kena Betancur, Elijah Nouvelage

Voilà ce que CNN appelle "le leadership présidentiel"

Alors que Donald Trump passe encore beaucoup de temps à dénoncer une élection présidentielle frauduleuse (encore mercredi soir dans une vidéo), et qu'il ignore les chiffres catastrophiques de la Covid-19 dans son pays (les États-Unis ont dépassé les 200 000 nouveaux cas en une journée mercredi, et atteint le record du nombre de morts avec 2 800 décés en 24 heures), George W.Bush, Bill Clinton et Barack Obama se portent volontaires pour recevoir dès que possible un vaccin. Et ce devant les caméras.  

Alors que la Covid-19 a tué plus d'un quart de million d'Américains, des vaccins devraient être autorisés dans les jours à venir aux  États-Unis par l'Agence du médicament américaine (la FDA).

Bill Clinton prêt à convaincre les Américains

L'attachée de presse de Bill Clinton, aujourd'hui âgé de 74 ans, a affirmé auprès de CNN que l'ex-Président était prêt à se faire vacciner dans un endroit public pour en faire la promotion. 

"Le Président Clinton recevra un vaccin dès qu'il sera disponible pour lui, en fonction des priorités définies par les autorités de santé publique. Et il le fera dans un endroit public si cela peut convaincre tous les Américains de se faire vacciner." 

George W.Bush veut contacter l'expert Anthony Fauci

Le proche collaborateur de George W.Bush, Freddy Ford, a révélé à CNN que le 43e Président des États-Unis, aujourd'hui âgé lui aussi de 74 ans, lui a demandé de contacter le Docteur Anthony Fauci, directeur de l'Institut National des maladies infectieuses et expert de la task force Covid de la Maison Blanche, et le Dr. Deborah Birx, coordinatrice de la réponse à la Covid-19 pour la Maison Blanche. George W.Bush veut savoir comment il pourrait faire la publicité du vaccin. 

"Lorsque les vaccins seront sûrs et administrés aux populations prioritaires, alors le Président Bush sera en lice pour se faire vacciner, et le fera avec plaisir devant les caméras." 

Barack Obama fait une promesse : il se fera vacciner

Dans une interview au site SiriusXM publiée ce jeudi, Barack Obama, âgé de 59 ans, affirme que si le Dr Fauci dit qu'un vaccin est sûr, alors il le croit. 

"Si quelqu'un comme Anthony Fauci, avec qui j'ai travaillé, et en qui j'ai entièrement confiance, me dit que le vaccin est sûr et efficace contre la Covid, alors je le ferai c'est certain !". 

"Je vous promets que lorsque ce vaccin sera destiné aux gens moins à risque, je me ferai vacciner. Et je suis prêt à me faire filmer ! Je crois en la science !"

Durant cette interview, Obama a reconnu qu'il existait une méfiance envers les vaccins de la part des minorités qui ont été plus touchées par la pandémie.

"Tout ceci date des expérimentations sur les Afro-Américains (sur la syphilis de 1932 à 1972). Voilà pourquoi il y a de la méfiance. Mais aujourd'hui, c'est grâce aux vaccins que nous n'avons plus la polio ou que des enfants ne meurent plus en masse de la variole ou de la rougeole"

Donald Trump, lui, s'arroge le crédit de la rapidité des vaccins

Pendant ce temps, ce jeudi, Kayleigh McEnany, l'attachée de presse du Président en exercice, a de nouveau attribué le crédit de la rapidité de développement des vaccins à Donald Trump :

"C'est ça d'avoir un homme d'affaires comme Président. C'est le vaccin Trump!"

Dans un éditorial, le journaliste de CNN Stephen Collinson suppose que les annonces communes des trois ex-présidents a de quoi rendre Donald Trump furieux. 

Le journaliste regrette que l'homme le plus puissant du pays, à savoir l'actuel président, n'émette pas d'avertissements au sujet de la crise actuelle. 

"Mais ce serait admettre que sa politique de sous-évaluation de la pandémie (...) a coûté des vies". 

Donald Trump ne semble pas souhaiter rejoindre le "club des anciens Présidents". L'action des trois anciens pour le vaccin anti-Covid rappelle 2004 lorsque le tsunami a ravagé plusieurs pays d'Asie du sud-est. Bill Clinton et les Bush père et fils s'étaient unis pour lever des fonds d'aide aux victimes et à la reconstruction.  

En 2017, Clinton, Bush père et fils, Carter et Obama s'étaient joints pour lever des fonds pour les victimes des ouragans.