À l'heure où la vie reprend dans les lieux publics, tour du monde du déconfinement. À Genève, le siège de la diplomatie mondiale, qui accueille quelque 8 000 conférences par an, rouvre timidement ses portes. Largement de quoi accueillir des "réunions clés" pour la communauté internationale, rassure un responsable.

Après trois mois de confinement, le Palais des Nations, à Genève, rouvre ses portes à une personne sur deux. Le prélude à un retour à la normale des activités de l'ONU.
Après trois mois de confinement, le Palais des Nations, à Genève, rouvre ses portes à une personne sur deux. Le prélude à un retour à la normale des activités de l'ONU. © Radio France / Jérémie Lanche

1. L'un des plus grands centres de conférences à l'arrêt

L'ancien siège de la Société des Nations est devenu, après 1945, la succursale de l'ONU en Europe. Le plus grand département des Nations unies en dehors de New York accueille quelque 8 000 conférences par an : soit près de 22 chaque jour. Depuis la mi-mars, le complexe long de 600 mètres est quasiment vide. Moins de 150 personnes, essentiellement des employés techniques, y travaillent encore, au lieu de 3 000 personnes en temps normal.

Le plus grand département des Nations unies en dehors de New York accueille d'habitude 22 conférences chaque jour. Depuis la mi-mars, il est quasiment vide.
Le plus grand département des Nations unies en dehors de New York accueille d'habitude 22 conférences chaque jour. Depuis la mi-mars, il est quasiment vide. © Radio France / Jérémie Lanche

2. Pas plus d'un fonctionnaire international par escalier

Pas de masque obligatoire, mais un strict respect des consignes d'hygiène et 2 mètres de distance minimum entre deux personnes. Dans les longs couloirs du Palais des Nations, on marche à droite seulement, et on emprunte les escaliers chacun son tour. Même chose dans les ascenseurs, où il est interdit de monter accompagné.

Dans les ascenseurs du Palais des Nations, à Genève, il est interdit de monter accompagné.
Dans les ascenseurs du Palais des Nations, à Genève, il est interdit de monter accompagné. © Radio France / Jérémie Lanche

Les services techniques ont dû apposer de gros autocollants sur chacun des 2 800 bureaux pour indiquer le nombre maximum de personnes autorisées à y travailler en même temps. Où comment le Covid-19 a signé la mort de l'open-space. 

3. Le retour progressif des employés et de la diplomatie

Le plan de "retour au bureau" commence dès ce lundi sur la base du volontariat.  L'arène de la diplomatie mondiale a beau avoir du plomb dans l'aile, difficile, en effet, de la laisser à l'arrêt plus longtemps. Et même si le télétravail s'est rapidement imposé, la pandémie a largement déstabilisé le système de l'ONU.

Avec les nouvelles mesures de distanciation, depuis le 8 juin, le palais des Nations peut tout de même fonctionner à 50 % de ses capacités.
Avec les nouvelles mesures de distanciation, depuis le 8 juin, le palais des Nations peut tout de même fonctionner à 50 % de ses capacités. © Radio France / Jérémie Lanche

L'arrivée du Covid-19 a même forcé le Conseil des droits de l'Homme à annuler ses débats avant l'heure, une première depuis la création de cette entité il y a quatorze ans. Avec les nouvelles mesures de distanciation, le palais des Nations pourra tout de même fonctionner à 50  % de ses capacités. Largement de quoi accueillir des "réunions clés" pour la communauté internationale, selon un responsable des services techniques.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.