Un mandat et un seul pour le président de la Commission européenne. Il l'annonce ce dimanche et dresse un portrait sombre de l'avenir des 27

Jean-Claude Juncker ne veut pas rester à la tête de la Commission au-delà de 2019
Jean-Claude Juncker ne veut pas rester à la tête de la Commission au-delà de 2019 © AFP / Anadolu Agency/Dursun Aydemir

Son mandat de cinq ans de président de la Commission européenne est loin d'être fini, puisqu'il cours jusqu'en 2019, mais Jean-Claude Juncker, a déjà annoncé qu'il n'en briguerait pas un second. Dans entretien à la radio allemande, ce dimanche, l'ancien Premier ministre luxembourgeois, âgé de 62 ans a dressé un portrait sombre de l'avenir proche de l'UE, qu'il s'agisse de projet européen ou de capacités à réagir aux attaques et aux défis qui l'attendent.

Est-ce que le moment est venu où l'Union européenne des 27 doit montrer de l'unité, de la cohésion et de la cohérence ? Oui, je dis oui s'agissant du Brexit ou de Trump (...). Mais j'ai quelques doutes justifiés que cela arrive vraiment

Les conditions de sortie de la Grande-Bretagne de l'UE inquiètent particulièrement Jean-Claude Junker : "les Britanniques vont réussir, sans trop de difficultés, à diviser les 27 autres pays de l'UE", pense-t-il expliquant qu'ils "savent déjà très bien comment s'y prendre : on promet telle chose à l'Etat A, telle autre à l'Etat B et encore autre chose à l'Etat C et au final il n'y a pas de front uni européen".

S'ajoute à cela l'élection de Donald Trump qui ne cache pas sa détestation de l'Union européenne et qui a félicité la Grande Bretagne pour le Brexit en espérant que d'autres états membres s'en inspirent. Jean-Claude Junker, qui avait eu pour ambition, au début de son mandat, de faire remonter la confiance des opinions publiques dans le projet européen, se retrouve maintenant "occupé, plusieurs heures par jour, à planifier la sortie d'un Etat membre, ce n'est pas un travail d'avenir", a-t-il dit.

Le président de la Commission européenne note également que le souhait des différents pays qui composent l'UE sont différents et même souvent incompatibles."Les Hongrois et les Polonais veulent-ils exactement la même chose que les Allemands ou les Français ? J'ai de grands doutes", a-t-il souligné, sans proposer de solution à cette constatation.

Les explications à Cyrille Sauvageot à Berlin

56 sec

La vision très sombre de l'avenir de l'UE de Jean-Claude Junker

Par Cyrille Sauvageot
L’Union européenne tente de surmonter le Brexit
L’Union européenne tente de surmonter le Brexit © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.