La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dévoilé ce mardi les portefeuilles des 26 commissaires qui vont composer son équipe. Une équipe presque paritaire, puisqu'elle compte 12 femmes. Portrait de groupe au féminin.

La Danoise Margrethe Vestager reste commissaire à la Concurrence et hérite du portefeuille du Numérique.
La Danoise Margrethe Vestager reste commissaire à la Concurrence et hérite du portefeuille du Numérique. © AFP / Dursun Aydemir

L'Allemande Ursula von der Leyen, première femme à prendre la tête de la Commission européenne, a présenté ce mardi son équipe : 26 commissaires, dont 12 sont des femmes. Passage en revue. 

Margrethe Vestager (Danemark) : vice-présidente exécutive, chargée de l'adaptation de l'Europe au numérique, commissaire européenne à la Concurrence 

Âge : 51 ans 

Ministre danoise de l'Éducation entre 1998 et 2001, puis ministre de l'Économie, Margrethe Vestager devient en 2014 commissaire à la Concurrence dans la commission Juncker. Pendant 5 ans, elle se bat contre les monopoles et inflige de lourdes amendes à Apple (13 milliards d'euros) ou Google (plus de 8 milliards) pour redressement fiscal et abus de position dominante. Son credo : la "concurrence juste", qui la pousse à s'opposer au mariage de deux géants du rail, l'allemand Siemens et le français Alstom.

Affiliée au groupe centriste Renew Europe, Margrethe Vestager est une forte personnalité, qui tranche avec l'image grisâtre des fameux "technos de Bruxelles". Elle était candidate à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de l'exécutif européen. Le fait qu'elle conserve le portefeuille de la Concurrence contrevient à une règle non-écrite jusqu'ici en vigueur à Bruxelles. Par ailleurs, elle voit sa position renforcée avec un champ d'action étendu au numérique, autre-chantier clé de la nouvelle Commission.

Sylvie Goulard (France) : commissaire européenne pour le Marché intérieur, chargée de l’Industrie et de la Défense

Âge : 54 ans

Conseillère politique à la Commission, puis eurodéputée de 2009 à 2017, cette forte personnalité qui parle aussi bien l'allemand que l'anglais et l'italien, était jusqu'à présent sous-gouverneure à la Banque de France, un poste qu'elle avait rejoint six mois après son passage éclair au gouvernement français. 

En juin 2017, Sylvie Goulard est en effet contrainte de démissionner de son poste de ministre des Armées, un mois à peine après sa nomination, à cause de l'affaire des emplois fictifs des assistants des eurodéputés MoDem, parti centriste qu'elle a depuis quitté. Une information judiciaire est toujours ouverte en France dans ce dossier, qui concerne six eurodéputés. Sylvie Goulard a d'ailleurs été auditionnée mardi 10 septembre par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre, au moment où la commission européenne était dévoilée. 

À l'échelle européenne, l'Office européen de lutte antifraude enquête également. En attendant la fin de ces enquêtes, Sylvie Goulard a d'ores et déjà remboursé 45 000 euros aux services financiers du Parlement européen. Un autre point noir pourrait embarrasser cette femme d'influence, figure des institutions européennes : son travail pendant près de trois ans pour un think tank américain, l'institut Berggruen, pour plus de 10 000 euros par mois, alors même qu'elle était eurodéputée. Rien d'illégal cependant pour Sylvie Goulard, qui a dûment déclaré cette activité auprès du Parlement européen.    

Mariya Gabriel (Bulgarie) : commissaire en charge de l'Innovation et de la Jeunesse 

Âge : 40 ans

Mariya Gabriel est l'un des 8 "anciens" de l'équipe Juncker à intégrer la Commission dirigée par Ursula Von Der Leyen. Commissaire sortante à l'Économie numérique, elle s'est fait un nom à Bruxelles en s'attaquant aux fake news. Auparavant, cette diplômée d'un Master en politique comparée et relations internationales, qui a quitté la Bulgarie à 22 ans pour continuer ses études à Sciences po Bordeaux, a été députée européenne (PPE) de 2009 à 2017.   

Mariya Gabriel faisait déjà partie de l'équipe Juncker.
Mariya Gabriel faisait déjà partie de l'équipe Juncker. © AFP / John Tys

Stella Kyriakides (Chypre) : commissaire en charge de la Santé 

Âge : 63 ans

Psychologue de formation, engagée dans la prévention du cancer, Stella Kyriakides est députée chypriote depuis 2006. Elle a également présidé par interim l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe entre 2017 et 2018.   

Dubravka Suica (Croatie) : Commissaire chargée de la Démocratie et de la Démographie 

Âge : 62 ans 

Ancienne maire de Dubrovnik de 2001 à 2009, figure historique de l’aile droite du HDZ actuellement au pouvoir à Zagreb, Dubravka Suica était députée européenne depuis l'accession de la Croatie à l'UE en 2013. Dans ses nouvelles fonctions, elle sera chargée d'organiser une conférence sur l'avenir de l'Europe.    

Kadri Simson (Estonie)  : commissaire en charge de l'Energie 

Âge : 42 ans  

Ministre estonienne des Affaires économiques et des Infrastructures depuis 2016, Kadri Simon est affilée au groupe Renew Europe.   

Jutta Urpilainen (Finlande) : commissaire en charge des Partenariats internationaux 

Âge : 44 ans  

Institutrice de formation, Jutta Urpilainen entre en politique en 2000, est élue députée en 2003, et devient vice-première ministre et ministre des Finances de 2011 et 2014. Présidente du Parti social-démocrate de Finlande de 2008 à 2014, elle se distingue pendant la crise de la zone euro par une ligne dure à l'égard de la Grèce et de l'Espagne.    

Helena Dalli (Malte) : commissaire en charge de l'Egalité  

Âge : 56 ans 

Ministre maltaise des Affaires européennes et de l'Égalité depuis mai 2017, cette sociologue de formation a également été ministre du Dialogue social entre 2013 et 2017. Ancienne miss Malte, selon le Times of Malta, diplômée de sociologie politique, elle est députée depuis 1996.    

Elisa Ferreira (Portugal) : commissaire chargée de la Cohésion et des Réformes  

Âge : 63 ans  

Licenciée en Économie de l'université de Porto, membre du Parti socialiste portugais, Elisa Ferreira a été ministre pendant sept ans dans les gouvernements d'Antonio Guterres, à l'Environnement puis à la Planification. Députée européenne de 2004 à 2016, elle a quitté le Parlement de Strasbourg pour la direction de la Banque du Portugal.    

Vera Jourova (République tchèque) : commissaire européenne chargée des Valeurs et de la Transparence  

Âge : 55 ans  

Anthropologue et juriste, Vera Jourova était depuis 2014 commissaire européenne à la Justice et aux Droits des Consommateurs. Affiliée au groupe centriste Renew Europe, elle a auparavant occupé pendant quelques mois le poste de ministre du Développement régional au sein de l'exécutif tchèque.    

Rovana Plumb (Roumanie) : commissaire chargée des Transports  

Âge : 59 ans 

Ingénieure de formation, Rovana Plumb était ministre au sein de l'exécutif roumain depuis 2012, où elle a détenu pas moins de cinq portefeuilles : Environnement, Travail, Famille, Éducation nationale avant de devenir ministre des Fonds européens, poste qu'elle a quitté après son élection au Parlement européen en mai 2019. 

Rovana Plumb a été accusée d'avoir rédigé une décision gouvernementale au profit d'une compagnie proche de l'ancien homme fort de la gauche dans son pays, Liviu Dragnea, incarcéré depuis mai 2019.  

Ylva Johansson (Suède) : commissaire européenne aux Affaires intérieures  

Âge : 55 ans 

Enseignante de profession, Ylva Johansson a été plusieurs fois ministre au sein du gouvernement suédois, notamment de l'Emploi (depuis 2014), de l'Éducation (entre 1994 et 1998) et des Affaires sociales.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.