C'est l'un des lieux les plus connus au monde, qui reçoit chaque année 30 millions de touristes. Mais depuis le confinement de l'Italie, la cité des Doges est totalement désertique. Visite de cette ville devenue une sorte de cité interdite.

La ville de Venise confinée à cause duCovid -19 Place Saint-Marc, façade du Palais des Doges
La ville de Venise confinée à cause duCovid -19 Place Saint-Marc, façade du Palais des Doges © Radio France / Nathanael Charbonnier

Se promener dans Venise en ce moment peut donner la chair de poule : la ville, capitale touristique en temps normal, est une ville fantôme, une cité interdite. Imaginez la place Saint-Marc sans une seule personne sinon un policier sur le côté. Imaginez le Palais des Doges, sans un seul touriste sur la photo. Imaginez toutes ces gondoles recouvertes de leurs pyjamas bleus. Imaginez le pont des soupirs sans personne pour le consoler. 

Les touristes ont disparu et la ville semble endormie comme les gondoles rangées sur le Grand Canal
Les touristes ont disparu et la ville semble endormie comme les gondoles rangées sur le Grand Canal © Radio France / Nathanael Charbonnier

Se promener dans Venise, c'est comme déambuler dans une immense cathédrale à ciel ouvert. On se met à parler doucement, pour ne pas réveiller les esprits. Mais les Vénitiens, qu'en pensent-ils ? Ils sont partagés et aimeraient de la nuance : "C'est un plaisir de voir Venise comme cela... mais il faudrait quand même un peu plus de monde. Là, c'est trop vide", confie cet homme, en promenade avec son chien. 

Les Vénitiens continuent évidemment à faire leurs courses alimentaires
Les Vénitiens continuent évidemment à faire leurs courses alimentaires © Radio France / Nathanael Charbonnier

C'est tout le dilemme des vénitiens : ils savent que leur ville n'est pas tout à fait comme les autres, et que son destin est de recevoir des touristes. Mais pas un tourisme de masse, explique un vieux Vénitien

Le lion ailé, symbole de Venise, contemple une ville déserte
Le lion ailé, symbole de Venise, contemple une ville déserte © Radio France / Nathanael Charbonnier
Les arcades désertées, mais évidemment - on est à Venise - les pigeons eux sont restés
Les arcades désertées, mais évidemment - on est à Venise - les pigeons eux sont restés © Radio France / Nathanael Charbonnier
La lagune, presque devenue un lac aux eaux enfin transparentes
La lagune, presque devenue un lac aux eaux enfin transparentes © Radio France / Nathanael Charbonnier

Mais cet homme n'oublie pas que Venise est aussi la ville de l'amour, et qu'il est impossible pour Venise de vivre sans lui : "Venise, c'est l'amour par excellence... voyez-vous, moi je suis tombé amoureux à Venise et je suis resté. Et je suis resté pas seulement pour la ville mais aussi pour faire l'amour". L'amour pour Venise, qui en attendant va rester figée jusqu'à la mi-avril, date de la fin prévue du confinement. 

Un homme salue à sa fenêtre. Le confinement pèse, qu'on habite à Venise ou à Paris
Un homme salue à sa fenêtre. Le confinement pèse, qu'on habite à Venise ou à Paris © Radio France / Nathanael Charbonnier
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.