Il y a 50 ans, jour pour jour, les Beatles réalisaient le cliché qui deviendrait la pochette de l'un de leurs albums les plus connus, "Abbey Road". Prise par Iain MacMillian, cette photo présente une composition parfaite, à un détail près : un passant, à l'arrière plan...

La mythique pochette d'album renferme quelques secrets
La mythique pochette d'album renferme quelques secrets © AFP / CARL DE SOUZA / AFP FILES

Nous sommes le 8 août 1969, à Londres - il y a donc cinquante ans jour pour jour. Ce jour-là, en compagnie du photographe Iain MacMillian, les quatre membres du groupe The Beatles sont de sortie sur Abbey Road, la rue où se trouvent les studios dans lesquels ils ont enregistré la quasi-totalité de leurs disques depuis le début de leur carrière. 

Douze jours avant ce qui sera leur toute dernière séance d'enregistrement, Paul McCartney, John Lennon, George Harrisson et Ringo Starr se prêtent donc au jeu de la photo de couverture d'un album qui n'a alors pas encore de titre officiel. Les quatre artistes voulaient l'appeler Everest, en référence aux cigarettes fumées par leur ingénieur du son, Geoff Emerick, et aller faire la photo sur le célèbre mont. Trop coûteux pour une simple photo. Les débats ont du mal à trouver une issue et c'est finalement McCartney qui propose de faire simple : sortir dans la rue, faire la photo sur le passage piéton devant le studio, et donner à l'album le nom de la rue. 

Pour faire la photo, le photographe Iain MacMillian demande à un agent de police de bloquer la circulation quelques instants, monte sur un escabeau et photographie les Beatles traversant la route dans un sens, puis dans l'autre - c'est le cinquième des six clichés qui sera gardé. Mais s'il a pris le soin de bloquer la circulation, il n'a pas fait sortir du cadre cet homme, au loin, sur le trottoir, qui regarde la scène. 

Un touriste américain présent par hasard

Des années plus tard, au début des années 2000, des journalistes se sont mis à la recherche de l'identité de cet homme... et l'ont retrouvé. Paul Cole, 59 ans à l'époque. Cet Américain était en vacances à Londres avec sa femme. Sorti faire un tour dans la rue, il était tombé "sur ces quatre gars qui traversaient la route comme des canards. Une bande d'extravagants, je m'étais dit, il avaient l'air assez radicaux pour l'époque - on ne se promène pas pieds nus à Londres !", avait-il raconté au journal britannique The Mirror

Surpris, Paul Cole assiste à la séance, regarde ces quatre hommes traverser dans un sens, dans l'autre, Paul McCartney enlevant ses chaussures au passage. Et l'histoire s'arrête là... jusqu'à la sortie du disque, quelques mois plus tard. C'est à ce moment-là, et seulement là, que Paul Cole a compris qu'il entrait, sans le vouloir dans l'histoire de la musique

L'homme était-il un fan des Beatles ? Pas du tout... C'était un féru de musique classique. À tel point qu'il a régulièrement raconté qu'il n'avait jamais écouté le disque que renferme la pochette sur laquelle il figure. Paul Cole est mort en 2008. Il avait 98 ans et laisse derrière lui une des nombreuses anecdotes sur ce cliché, qui a également alimenté la rumeur selon laquelle Paul McCartney était mort et remplacé par un sosie.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.