Il y a quatre mois était signé l'accord de Paris entre 195 pays.
Il y a quatre mois était signé l'accord de Paris entre 195 pays. © MaxPPP

Quatre mois après l'euphorie de la Cop 21, l'accord de Paris conclu le 12 décembre dernier entre 195 pays est signé ce vendredi à New York. L'accord prévoit de limiter le réchauffement planétaire "bien en-deçà de 2°C", et "à poursuivre les efforts" pour le plafonner à 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle.

Autre objectif, celui d’atteindre une neutralité carbone dans la deuxième moitié du 21ème siècle. Ces 160 pays ont annoncé qu'ils signeraient l'accord ce vendredi, en grande pompe au siège de l'ONU. François Hollande sera le premier à prendre le stylo. Mais attention, signer ne veut pas dire ratifier.

Record pour un accord international

Plus de 160 pays sont annoncés à la cérémonie d'ouverture des signatures de l'accord de Paris, un record pour un accord international, signe prometteur mais insuffisant.

Pour entrer en vigueur, le texte doit être ratifié par 55 pays qui représentent au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre. Les deux plus gros pollueurs du monde, la Chine et les Etats Unis, promettent de ratifier dès cette année. Ils pèsent 40% des émissions de gaz à effet de serre à eux d'eux.

Casse-tête pour l'Europe

En revanche, c'est un casse-tête pour l'Europe. La France se veut exemplaire, avec une ratification du projet de loi à l'Assemblée nationale le 17 mai. Mais ce processus doit aussi avoir lieu dans chacun des 27 autres pays membres avant toute ratification européenne.

Les petites iles du Pacifique, qui peinent à garder la tête hors de l'eau, sont beaucoup plus empressées. Les îles Fidji ont été le premier pays du monde à ratifier l'accord de Paris dès le mois de février.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.