Alassane Ouattara président de la Cote d'Ivoire
Alassane Ouattara président de la Cote d'Ivoire © Radio France / Aude Cordonnier

Réélu il y a un mois à la tête de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara est à Paris pour la COP 21. Il propose une baisse de 28% des émissions de gaz à effet de serre de son pays d'ici 2030 et milite pour un accord mondial contraignant et revu tous les cinq ans.

Pluies torrentielles, éboulements, déforestation (200 000 hectares de forêt perdus chaque année) : la Côte d'Ivoire est confrontée au quotidien aux effets dévastateurs des changements climatiques.

Comme tous les pays africains, la Côte d'Ivoire participe à la marge à la détérioration du climat. Mais le Président ivoirien Alassane Ouattara, invité de Claire Servajean ce lundi à 13h, s'engage à réduire de 28% les émissions de gaz à effet de serre de son pays d'ici 2030.

Nous allons faire notre part. La Côte d'Ivoire ira de l'avant et n'attendra pas les autres pour avancer

Alassane Ouattara réclame une plus grande implication des pays occidentaux, les plus gros pollueurs.

La Côte d'ivoire doit aussi contribuer à la réduction des gaz à effet de serrre, même si nos émissions aujourd'hui sont minimes par rapport aux pays occidentaux.

Venu à Paris pour participer aux négociations de la COP 21, Alassane Ouattara rappelle que la Côte d'Ivoire , qui compte aujourd'hui 20 millions d'habitants, prévoit d'en compter 50 millions dans 30 ans.

Si nous ne maitrisons pas les choses aujourd'hui, nous contribuerons dans 30 ans aux émissions de gaz à effet de serre aux mêmes niveaux que la France aujourd'hui

Le président ivoirien récalme également des ressources financières pour passer des énergies fossiles à des energies renouvelables, l'Union africaine estimant les besoins de l'Afrique à 100 milliards de dollars par an.

Cet accord doit être contraignant et révisé tous les cinq ans avec plus de contraintes à chaque fois.

C'est essentiel, indispensable que cet accord marque le début d'une volonté mondiale pour régler le problème de l'environnement

Venu à Paris pour les négociations de la COP 21, le Président ivoirien compte également évoquer la question dub terrorisme avec les autres dirigeants afin de faire le point sur les progrés faits et sur la nécessité d'une plus grande coordination et un meilleur partage des informations entre les pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.