La tension s'est encore accrue mardi soir entre les États-Unis et la Corée du Nord. Après des révélations sur les capacités nucléaires de Pyongyang, le régime menace de frapper.

La Corée du Nord a menacé de frapper les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique.
La Corée du Nord a menacé de frapper les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique. © AFP / JUNG Yeon-Je

Les échanges entre Pyongyang et Washington sont de plus en plus tendus, depuis les révélations mardi soir par les services secrets américains des capacités de la Corée du Nord de miniaturiser des armes nucléaires. En réaction, le président des États-Unis Donald Trump a alerté le régime, depuis le New Jersey où il passe ses vacances : "La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les États-Unis" sous peine de se heurter "au feu et à la colère".

Sur Twitter, Donald Trump renchérit "notre arsenal nucléaire est plus fort et plus puissant que jamais". Un "message fort" que Kim Jong-Un "peut comprendre" selon Rex Tillerson, le secrétaire d'Etat américain.

Face à la colère américaine, la Corée du Nord défie son opposant. Mardi, le régime a menacé de frapper l'île de Guam, dans le Pacifique, sur laquelle se trouve des bases américains.

Adapter des têtes nucléaires sur des missiles intercontinentaux

Selon les conclusions secrètes des services de renseignement américain, rendues publiques par le Washington Post, le régime communiste a réussi à adapter suffisamment la taille de ses têtes nucléaires pour pouvoir les placer sur ses missiles intercontinentaux et ainsi faire peser la menace d'une attaque nucléaire sur la première puissance mondiale, selon les conclusions d'un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l'agence américaine de renseignement militaire, la DIA, et révélées mardi par le journal.

Grâce à cette capacité, le régime communiste deviendrait une puissance nucléaire à part entière, en mesure de réaliser l'objectif affiché par son leader Kim Jong-Un : frapper les "salauds d'Américains".

Donald Trump insiste pour une intervention diplomatique de la Chine

Les relations entre les États-Unis et la Corée du nord sont un casse-tête pour Donald Trump depuis son arrivée à Washington. Le président américain espère une intervention de la Chine, principal allié de son opposant nord-coréen, pour infléchir la politique du régime communiste.

Du côté de l'île de Guam, l'inquiétude est modérée et les menaces nord-coréennes minimisées. Le secrétaire d'État américain a d'ailleurs fait escale sur l'île en rentrant d'une visite en Asie. Selon Rex Tillerson, rien de ce qu'il n'a vu ou de ce qu'il sait, "n'indique que la situation a évolué de façon dramatique au cours des 24 dernières heures". Précisant "je ne pense pas qu'il y ait une quelconque menace imminente".Pour nombre d'observateurs internationaux, l'arme nucléaire est davantage "une assurance vie" qu'une menace réelle, même si le gouvernement de l'île, Eddie Calvo, a affirmé être "prêt à toute éventualité". De son coté, la France juge que Donald Trump fait preuve d'une "détermination" que "tous les présidents américains auraient eue" a déclaré Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement.

La Corée du Nord menace de s'en prendre à l'île de Guam.
La Corée du Nord menace de s'en prendre à l'île de Guam. © Visactu

►►► GEOPOLITIQUE d'Anthony Bellanger : Etats-Unis / Corée du Nord : une guerre est-elle possible ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.