Certes, la rencontre entre les deux dirigeants est un moment important de l'histoire de la Corée du Nord et des États-Unis. Mais pour le moment, aucun des deux pays n'a fait de véritable concession.

Donald Trump et Kim Jong Un ont affiché leurs volontés d'en finir avec le passé.
Donald Trump et Kim Jong Un ont affiché leurs volontés d'en finir avec le passé. © AFP / Susan Walsh

Les deux hommes ont fait en sorte que ce 12 juin soit un jour historique. Donald Trump et Kim Jong-Un ont affiché leur volonté commune de "tourner la page du  passé" lors d'un sommet à Singapour qui s'est achevé par une conférence de presse du président américain. 

Cette rencontre a certes abouti à la signature d'un document commun, mais il n'y a pas eu de percée majeure sur l'arsenal nucléaire de la Corée du Nord. 

Ce sommet qui a duré quatre heures, a commencé par la poignée de main et les sourires face caméra... Une image incroyable.

Il y a deux mois, les deux hommes s'insultaient et maintenant, Trump dit faire confiance au dirigeant nord-coréen : "c'est un nouveau deal, je sens que je peux lui faire confiance".

Après des décennies de tensions autour des ambitions atomiques de la Corée du Nord, le président américain assure que le processus de dénucléarisation pourra désormais commencer très rapidement.

Le président Trump s'est d'ailleurs engagé dans le document conjoint à apporter des "garanties de sécurité" à la Corée du Nord, si le pays accepte de mener à son terme la dénucléarisation.

Les sanctions contre la Corée du Nord se poursuivent

Pour beaucoup d'observateurs, l'enthousiasme du président américain est loin d'être justifié. Kim Jong-Un a certes affiché sa volonté de parvenir à une dénucléarisation totale mais cette déclaration n'est pas nouvelle. Le véritable enjeu reste à venir puisque ce sommet ne permet pas de dire comment cela va se faire. Ce premier document ne fait que deux pages, il s'agit seulement d'un accord de principe.

La formulation de la déclaration commune reste assez vague puisqu'elle reprend de précédents engagements de Pyongyang, jamais mis en œuvre,  sans préciser que la dénucléarisation doit être "vérifiable et  irréversible", comme le réclamaient les États-Unis avant le sommet de Singapour. En attendant, les sanctions contre la Corée du nord se poursuivent.

Une belle opération pour la Corée Du Nord

Les deux hommes doivent se retrouver à la Maison blanche dans un délai qui reste à déterminer. C'est donc maintenant que les véritables négociations commencent. Le doute reste permis au sujet des promesses de la Corée du Nord.  

Pyongyang avait déjà passé des accords en vue de démilitarisation en 1994 et en 2005, mais aucun d'entre eux n'a jamais été appliqué.

En outre, l'homme fort de Pyongyang, qui règne sur son pays d'une main de fer (comme son père et son grand-père avant lui), réalise une belle entreprise en termes d'image grâce à ce sommet. Il s'intègre au concert des nations et place son pays sur la voie de la normalisation des rapports avec l'ONU et sur la scène internationale.

Après des années de sanctions internationales liées à l'arsenal nucléaire nord-coréen, cette normalisation est plus que bienvenue pour le pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.