Les webtoons, bandes dessinées coréennes, circulent sur les 35 millions de smartphones de Corée du Sud. Dans ce de 51 millions d'habitants, le genre est omniprésent.

Détail de l'affiche du Webtoon Global Festival à Busan en Corée-du-sud
Détail de l'affiche du Webtoon Global Festival à Busan en Corée-du-sud © Radio France / CS

La bande dessinée est très présente dans la vie quotidienne des Coréens, qui sont friands de communications ou d'histoires dessinées à scroller sur leur smartphone. Un genre baptisé "webtoon".

Han Iang Su, qui travaille chez Kakaopage, plateforme de diffusion de contenus numériques, explique :

On lit du webtoon dès qu'on a deux minutes, dans le métro, en attendant le bus, c'est une activité quotidienne qui occupe la quasi totalité des adultes.

Proche du manga (il faut dire "manhwa" pour désigner le manga coréen), les webtoons circulent sur les 35 millions de smartphones de Corée du Sud, dans un pays qui compte 51 millions d'habitants.

Un nouvel usage pour les lecteurs

Depuis dix ans, le premier moteur de recherche en Corée du Sud – qui n'est pas Google mais Naver – utilise même ce format, qui défile de bas en haut, pour faire de la publicité. Par exemple, une petite bande dessinée pour vanter les mérites de Busan, la deuxième ville du pays, mettait en scène le beignet, spécialité de la ville.

Les auteurs de manhwa se sont donc aussi emparés du web pour créer le webtoon et les sites coréens sont friands de ces contenus. D'autant qu'en Corée du Sud, un webtoon, quand il rencontre le succès en ligne, devient ensuite une série télévisée, un film et, forcément, un livre.   

Les passerelles d'une forme à l'autre se font très facilement car les différents formats sont développés sous les mêmes enseignes, telles que Kindari Ent. 

L'une des auteures à succès, Lee Narae se repose en ce moment sur les lauriers récoltés avec la série Honey Blood notamment. 

"J’avais un petit studio de dessin, avec deux assistantes pour le dessin, et une éditrice, pour revoir lettrage et texte. La question du harcèlement scolaire est très présente en Corée (comme dans Honey Blood), mais aussi la question de la place de la femme dans la société, qui, très récemment, a pris de l’importance. En ce moment, je lis beaucoup de choses sur le féminisme car c’est très polémique en Corée. Pour préparer ma prochaine publication, je me documente beaucoup sur la guerre de Corée. C’est toujours en cours ici", explique Lee Narae. 

Pour elle, le webtoon prend de l'importance en Corée pour de simples raisons d'usage, de la même façon que la télé est venue déranger les habitudes d'écoute de la radio.

A ce jour, on connaît le travail de Lee Narae en France par le biais de la publication d'Honey Blood sur Delitoon, parmi une cinquantaine d'autres titres, venus de Corée.

Les Coréens cherchent de nouvelles histoires à raconter

Mais ce qui va intéresser désormais les producteurs de ces webtoons, c'est de se diversifier, d'aller chercher d'autres histoires. Selon Kim Jong Jou chez Kidari Ent, chargé du développement des webtoons,  acteur majeur de la production du contenu numérique audiovisuel en Corée, "les Coréens ne lisent pour l'instant pas les auteurs européens. Mon souhait, c'est de diversifier le paysage en faisant connaître des œuvres venues d'Europe. Il n'y a pas de raison que ça ne marche pas. Il faut simplement informer les auteurs français de la façon de faire des webtoons. Par ailleurs on s'intéresse de près aux licences françaises de BD et à la littérature française. On pourrait très bien adapter certains livres, mais aussi des créations audiovisuelles ou de cinéma français et même des jeux vidéo". 

Image extraite du webtoon destiné à faire la promotion de la ville de Busan
Image extraite du webtoon destiné à faire la promotion de la ville de Busan / City of Busan

C 'est Kidari Ent qui a investi dans Delitoon – une petite communauté de  150 000 personnes, surtout des lectrices, pour l'instant – pour poser un pied en Europe et y diffuser les webtoons coréens.

Quelques représentants du webtoon coréen seront présents à Angoulême. Le festival de la bande dessinée de janvier 2018 fait une large place au manga. Pour l'instant, il n'a pas encore fait de focus important sur les qualités du webtoon et du manhwa coréen. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.