L’Autriche, l’Espagne, l'Italie parlent déjà de déconfinement. L’épidémie continue sa propagation mais le nombre de contamination, en baisse dans certains pays, redonne de l’espoir. Plusieurs gouvernements en profitent pour évoquer des stratégies de sortie de crise.

L'Espagne lancera le déconfinement lorsqu'elle pourra dépister toute la population
L'Espagne lancera le déconfinement lorsqu'elle pourra dépister toute la population © AFP / Rafa ALBARRAN / Madrid City Hall

Il n'en est question que de très loin, en France, mais plusieurs pays européens se préparent déjà tout doucement au déconfinement. L'Autriche est le premier pays d'Europe à annoncer un assouplissement des restrictions à partir de mardi prochain.

Un calendrier prudent dévoilé par le gouvernement autrichien qui parle de "remise en marche par étapes". La semaine prochaine, les petits commerces vont rouvrir, avec des aménagements pour respecter la distance de sécurité. 

Après une semaine d’observation, le gouvernement décidera d’enclencher ou non la suite de son programme : réouverture des grands magasins début mai, restaurants et écoles 15 jours plus tard. Les grands rassemblements sont en revanche interdits jusqu’à juillet au moins. Les Autrichiens devront par ailleurs porter un masque dans les transports publics, ils risquent sinon une amende de 50€. L’Autriche comptabilise ce mardi 204 décès et 12.058 cas.

Tous dépistés en Espagne

L'Espagne, pays le plus touché en nombre de victimes après l'Italie (13.798 morts et 140.510 cas), étudie aussi un assouplissement. Le nombre de morts a diminué pendant quatre jours et 30% des cas confirmés sont sortis de l’hôpital. Le bilan est reparti à la hausse ce mardi mais l’Espagne parlait avant cela de phase de "désescalade".

Le gouvernement reste donc très prudent. Il a prolongé le confinement jusqu’au 25 avril. Et pour une éventuelle levée partiellement, il n’y a qu’un moyen selon Madrid : dépister toute la population et ainsi détecter les porteurs du virus, qui seront ensuite isolés.

Pour cela il faut des tests. Le pays en a manqué au début de l’épidémie, mais quatre entreprises espagnoles se sont engagées à les fabriquer. 240.000 par semaines et trois fois plus dans les semaines à venir selon le gouvernement. En cas de déconfinement, tous les Espagnols devront aussi porter un masque. Les autorités disent qu’elles l’envisagent "au moins" jusqu’à ce qu’on trouve un vaccin.

L’Italie prépare "la phase 2"

C’est la phase de "cohabitation avec le virus". Un plan stratégique du gouvernement pour "sortir graduellement" de la pandémie. La date du 16 mai est évoquée mais très incertaine.

Dans ce plan, les autorités prévoient que le port du masque soit généralisé. Il faudra évidemment respecter la distanciation sociale. Un réseau d’hôpitaux consacrés au Covid-19 restera ouvert. Le gouvernement veut également mettre en place une application sur les smartphones capable de cartographier les mouvements des malades 48h avant l’infection. Cela favoriserait également la télémédecine. Les bars et les restaurants rouvriront en dernier.

L’Italie est le pays d’Europe le plus touchée avec 16.523 morts depuis le début de l'épidémie et 132.547 cas recensés.

Retour à l’école au Danemark

Le Danemark a été l’un des premiers pays européens à annoncer la fermeture des établissements scolaires au tout début de l'épidémie. Il indique ce mardi que les écoles et crèchent vont rouvrir le 15 avril. 

Lors d'une conférence de presse, presque poétique, la Première ministre Mette Frederiksen a comparé le processus de déconfinement à un funambule marchant sur un fil. "Si nous restons trop longtemps immobiles, nous risquons de tomber et si nous allons trop vite, cela peut mal finir. Nous devons donc avancer prudemment".

Il s’agira d’une réouverture progressive, réservée pour l’instant à certaines classes d'écoles. Les autres ouvriront uniquement si le nombre de cas de contamination et de décès reste stable. 187 personnes sont mortes du Covid-19 dans le pays. "Si nous ouvrons le Danemark trop rapidement, les infections pourraient augmenter trop brusquement et nous devrions à nouveau tout fermer", a précisé la cheffe du gouvernement.

En République Tchèque, Pâques à la campagne

Le gouvernement tchèque va également atténuer les restrictions. Les coureurs ou les cyclistes ne sont plus obligés à partir de ce mardi de porter un masque. C’était obligatoire dans l’espace public depuis le mois dernier. 

Les magasins de jardinage, de matériaux de construction et de vélos rouvriront jeudi, à la veille d'un week-end de quatre jours. Le gouvernement estime que de nombreux Tchèques iront passer dans les fêtes de Pâques dans leur maison de campagne. "Nous sommes conscients de l'arrivée de Pâques, donc nous avons relâché les mesures concernant les sports, la récréation et les loisirs", a indiqué le vice-Premier ministre Karel Havlicek. Tous les commerces doivent cependant offrir du désinfectant et des gants à usage unique à l'entrée. La distanciation sociale est évidemment la règle. 

La République Tchèque enregistre 78 décès et 4.735 cas de contamination. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.