l'oms juge possible une pandémie provoquée par le coronavirus
l'oms juge possible une pandémie provoquée par le coronavirus © reuters

Face à l'augmentation croissante du nombre de cas de coronavirus MERS, l'organisation mondiale de la santé se réunit ce mardi en urgence à Genève.

Au moins 17 décès dûs au coronavirus ont été signalés depuis vendredi. Si l'Arabie Saoudite reste le premier foyer d'infection avec 142 victimes pour un total de 483 cas recensés en deux ans environ, on enregistre ces derniers jours une hausse du nombre de cas dans différents pays.

Ainsi, le Liban ou les Etats-Unis sont eux aussi touchés à leur tour. Hier, Washington a annoncé la découverte d'un deuxième cas, tandis que la Jordanie, elle, a enregistré son cinquième décès lié au mystérieux virus.

La majorité des personnes touchées avaient voyagé ou travaillé en Arabie saoudite récemment.

Aucun traitement aujourd'hui

Le coronavirus MERS est considéré comme un cousin, plus mortel mais moins contagieux, du virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003. Comme lui, il provoque une infection des poumons et les personnes touchées souffrent de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires. Il peut aussi générer une insuffisance rénale.

Coronavirus : comment l'endiguer? Danielle Messager

Il n'existe pour le moment aucun traitement préventif contre le coronavirus MERS. Quand une personne est infectée, ce sont les symptômes qui sont traités, le malade doit être isolé car une transmision interhumaine, suite à un contact prolongé est possible. Le coronavirus est tres virulent car mortel dans un cas sur deux.

Apparu en 2012 le coronavirus MERS aurait pour hôte animal la chauve-souris, avec une transmission à l'homme qui pourrait passer par le dromadaire. Aujourd'hui sans traitement préventif, il est fortement recommandé de ne pas voyager en Arabie saoudite, aux personnes âgées ou malades chroniques et surtout aux femmes enceintes qui peuvent développer des formes graves de la maladie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.