face aux manifestations, rio et sao paulo abrogent la hausse des prix des transports
face aux manifestations, rio et sao paulo abrogent la hausse des prix des transports © reuters

Les autorités brésiliennes craignent que la mégalopole de Sao Paulo soit complètement congestionnée le jour du match inaugural du Mondial.

Les employés du métro sont en grève depuis cinq jours alors que le métro constitue l’accès principal au principal stade Itaqueirao qui accueillera Brésil-Croatie. Ils réclament une augmentation de salaire de 12%. La direction ne veut pas aller au-delà de 9.5%

Le reportage pour France Inter de Julie Piétri à Sao Paulo

Le métro transporte 4.5 millions d’usagers par jour. Le tribunal du travail régional a qualifié cette grève d’illégale et estimé que le licenciement de 60 grévistes était justifié. Il a sommé le syndicat des employés de métro de mettre fin au mouvement sous peine de payer 150.000 euros d’amende. La police a chargé un millier de manifestants soutenant la grève et qui bloquait l’une des artères centrales de la ville de 20 millions d’habitants depuis le matin. Vendredi dernier, les policiers avaient déjà dispersé des manifestants à coups de matraques et de gaz lacrymogène.

Une mégalopole congestionnée

Cette grève a occasionné d’importants bouchons, ralentissant entre autre l’arrivée des équipes et des journalistes venus couvrir la cérémonie d’ouverture. L’équipe de France doit notamment atterrir à Sao Paulo avant de rejoindre son camp de base à Ribeirao Preto à 320 km de là.

Selon le syndicat des employés du métro, la police militaire a fermé tôt le matin la station centrale Ana Rosa, des grévistes empêchant leurs collègues de travailler. Treize d’entre eux ont été conduits au poste. Les négociations entre syndicats et direction des transports se poursuivaient notamment pour réintégrer les 60 licenciés.

Les Brésiliens voient défiler devant eux des investissements massifs pour le Mondial alors que les infrastructures dans les transports, la santé ou l’éducation sont fragiles. Le Brésil est secoué depuis plusieurs mois par des grèves dans plusieurs secteurs, de la police au service de sécurité des banques, sans commune mesure avec la gigantesque fronde sociale de juin 2013.

► ► ► DOSSIER | La Coupe du Monde au Brésil

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.