Dans le cadre du programme Covax pour une large distribution des vaccins contre la Covid, la France est le premier pays à transférer des doses aux pays à faibles revenus. Lancé en mars 2020, Covax commence ses livraisons depuis deux mois, avec un retard dans l'approvisionnement.

Les premières doses de vaccin du programme COVAX ont été livrées au Ghana et en Côté d'Ivoire le 24 février 2021.
Les premières doses de vaccin du programme COVAX ont été livrées au Ghana et en Côté d'Ivoire le 24 février 2021. © Getty / Pavlo Gonchar

"Ces doses AstraZeneca s'envolent, à heure où je vous parle, vers l’Afrique de l'Ouest." Dans une vidéo publiée sur Twitter dimanche 25 avril, Emmanuel Macron se félicite que la France soit le premier pays à transférer vers d'autres États des doses de vaccins contre la Covid. Un partage rendu possible grâce au programme Covax soutenu par l'ONU, qui commence doucement à livrer les doses.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Des vaccins pour tous 

Covax constitue le volet "vaccin" de l'accélérateur ACT, un projet de coopération internationale pour lutter contre la pandémie. Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, une personne sur quatre est vaccinée dans certains pays riches contre seulement une sur 500 dans les pays pauvres. Le projet Covax compte combler cet écart de deux façons : d'un côté, le transfert de doses achetées par les pays développés et données aux pays les plus en difficulté, comme le fait la France et de l'autre, le financement des doses à destination de tous les pays. 

11 milliards de dollars de financements

Covax, ce sont 191 pays mais aussi des entreprises privées comme la Fondation Gates et des acteurs de la société civile qui participent à son financement afin de distribuer gratuitement des vaccins aux pays en difficulté. En 2020, 2 milliards de dollars ont été levés pour financer le projet. L'OMS estime qu'il faut 5 milliards supplémentaires pour aller au bout du projet. 

Dans les détails, l'Union européenne a participé à hauteur de 850 millions d'euros, la France 100 millions, l'Espagne 50 millions et les États-Unis 2 milliards d'euros. La Fondation de Greta Thunberg va elle-aussi y participer avec 100 000 euros. Les États-Unis promettent de contribuer à nouveau à hauteur de 2 milliards d'euros, comme l'assure Anthony Blinken, secrétaire d'État américain.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

AstraZeneca en tête

Facile à conserver car elle peut être stockée dans des réfrigérateurs classique, la formule du laboratoire AstraZeneca est la principale utilisée dans le dispositif Covax. Peu de pays reçoivent le vaccin Pfizer, acheté à prix coutant. Des accords d'intention ont été signés pour 200 millions de doses du vaccin Sanofi/GSK encore en développement, et 500 millions pour celui des laboratoires Johnson & Johnson.

Priorité aux pays aux faibles revenus

Covax compte distribuer 2 milliards de doses de vaccin avant la fin de l'année 2021, dont la moitié à 92 pays aux revenus faibles, en commençant par le personnel soignant et les personnes les plus fragiles. À terme, l'objectif visé est de vacciner entre 20 et 27 % de leur population. Un chiffre plutôt bas pour les experts de santé qui estiment qu'il faut que 70 % de la population soit vaccinée pour atteindre l'immunité collective. 

Alors que Covax a été créé en mars 2020, il a fallu attendre fin février 2021 pour voir les premières doses de vaccin livrées, au Ghana et en Côte d'Ivoire, soit trois mois après le début des campagnes de vaccination dans les pays développés comme les États-Unis. 38 millions de doses ont été livrées entre février et avril dans 103 pays alors que Covax visait 500 millions de doses livrées au premier semestre 2021.

Les retards de livraison s'expliquent par la décision de l'Inde de bloquer ses exportations de vaccin. Le pays fait face à une flambée des cas de contaminations et à une augmentation de sa demande nationale en vaccin. Ce ralentissement est un coup dur pour COVAX qui dépend largement de l'Inde, puisque le pays est le plus grand producteur vaccinal au monde, particulièrement de l'AstraZeneca, avec l'ambition d'en fournir 1 milliard de doses d'ici la fin de l'année 2021.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.