Débris en Ukraine
Débris en Ukraine © Reuters

Tous les cas d'avions civils abattus par un missile se sont produit au moment de graves tensions internationale.Les autorités de sécurité aérienne aux Etats-Unis et en Europe avaient mis en garde les pilotes en avril sur les risques de vol dans ou à proximité de l'espace aérien ukrainien.

A quelques mois de la guerre du Kippour, le 21 février 1973, le vol 114 de la Libyan Airlines qui assure la liaison entre Tripoli et le Caire est attaqué par deux F4 Phantom israéliens alors qu'il survole le Sinaï égyptien. Apparemment, l'appareil n'a pas respecté son plan de vol à cause d'une mauvaise météo et d'une défaillance technique. L'attaque fait 113 morts.

En pleine guerre froide, c'est le vol 007 de la Korean Airlines qui est abattu le 1er septembre 1983, par la chasse soviétique dans le secteur de l'île de Sakhaline au nord du Japon, avec à son bord 269 passagers.

Enfin, dans les derniers jours de la guerre Iran/Irak, le vol 655 d'Iran Air qui assure le 3 juillet 1988 la liaison entre Téhéran et Dubai est la cible d'un missile tiré à partir du navire de guerre américain USS Vincennes. Le bilan est de 290 morts. Autant de tragédies qui vont provoquer de gros remous internationaux.

Des mises en garde dés le mois d'avril

Les autorités de sécurité aérienne aux Etats-Unis et en Europe avaient mis en garde les pilotes au mois d'avril sur les risques éventuels de vol dans ou à proximité de l'espace aérien ukrainien où un avion de ligne malaisien s'est écrasé jeudi. Le 23 avril, la Federal Aviation Administration (FAA) américaine avait émis une "note spéciale" concernant l'espace aérien ukrainien à destination des pilotes et des compagnies aériennes, leur conseillant de ne pas voler dans l'espace aérien autour de la ville de Simféropol en Crimée sans l'accord spécial du gouvernement américain.

La note mettait également en garde les compagnies américaines et les pilotes volant dans d'autres parties del'Ukraine, et notamment à Kiev, Lvov, Dnepropetrovsk et Odessa, de faire "extrêmement attention" compte tenu de l'instabilité qui risquait de perdurer. Cette mise en garde est valable jusqu'à 23 avril 2015.L'Agence européenne de la sécurité aérienne et l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), uneagence des Nations unies, avaient estimé qu'il y avait "des risques sérieux" dans le secteur et conseillé aux compagnies aériennes d'emprunter d'autres routes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.