Un soldat russe en Crimée
Un soldat russe en Crimée © REUTERS/Vasily Fedosenko / REUTERS/Vasily Fedosenko

Dernier épisode symbolique en date de l'annexion de la Crimée, des marins russes ont pris le contrôle du seul sous-marin ukrainien basée sur la péninsule le Zaporijjia. L'analyse de T. Gomard, directeur du développement stratégique à l'IFRI.

Kiev doit aussi faire face à l'agitation séparatiste pro-russe dans l'Est du pays. Une nouvelle manifestation est prévue aujourd'hui à Donetsk, la grande ville industrielle de la région.

Avec la Crimée, Vladimir Poutine à rappelé aux occidentaux que la zone d'influence russe allait beaucoup plus loin que ne le laisse penser les frontières géographiques de la Russie actuelle. Avec l'annexion de la Crimée, Poutine a sans doute voulu tester l'Otan et l'Europe affirme Thomas Gomard. Le directeur du développement stratégique à l'Institut français des relations internationales était ce matin sur France Inter l'invité de Fabrice Drouelle.

Un leader russe qui se sent presque tout puissant [...] On est dans une phase dangereuse.

Moscou se réserve le droit de réagir aux mesures de l'UE

Moscou se réserve le droit de réagir à la deuxième série de sanctions européennes, a averti samedi le ministère russe des Affaires étrangères. L'Union a ajouté vendredi 12 noms sur sa liste des personnalités russes et ukrainiennes sanctionnées par un gel des avoirs et des visas pour leur rôle dans l'annexion de la Crimée, ce qui porte le total à 33. un Selon un porte-parole du ministère qui s'est exprimé dans un communiqué :

Il est déplorable que le Conseil européen ait pris une décision déconnectée de la réalité. Nous jugeons qu'il est temps de revenir à une coopération pragmatique conforme aux intérêts de nos pays. Cependant, la partie russe se réserve évidemment le droit de réagir de façon comparable aux initiatives qui ont été prises.

Dans un deuxième communiqué également diffusé samedi, le ministère souhaite que l'envoi à Kiev d'une mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) contribue à la résolution de "la crise ukrainienne interne". Après plusieurs tentatives infructueuses, les 56 Etats membres, dont la Russie fait partie, se sont entendus vendredi pour organiser une mission d'observation qui restera six mois sur place :

Le mandat de la mission reflète les nouvelles réalités politiques et légales, et ne s'applique ni à la Crimée ni à Sébastopol, qui sont devenues parties intégrantes de la Russie. La Russie espère que l'objectif et le travail impartial des observateurs internationaux contribuera à surmonter la crise ukrainienne interne, à mettre fin au banditisme nationaliste effréné et à l'éradication des tendances ultraradicales.

Quelles sanctions pour la Russie ?
Quelles sanctions pour la Russie ? © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.