El Malecon à La Havane
El Malecon à La Havane © REUTERS/Enrique De La Osa / REUTERS/Enrique De La Osa

VIDÉO - Même si Barak Obama a decidé de rompre l'embargo avec le régime castriste, Le Président Raoul Castro l'a dit hier devant les députés cubain : ce rechauffement diplomatique ne changera rien a la ligne politique et ideologique cubaine.

Les habitants de la Havane ont bien compris que le changement de régime n'est pas pour demain. Le reportage à de Romain Boudon.

Castro demande aux États-Unis de respecter le système communiste cubain

Castro a prévenu ses compatriotes que la levée de l'embargo imposé il y a un demi-siècle par les États-Unis serait une "lutte longue et difficile". Le dirigeant cubain a notamment estimé que ce processus se heurterait à des "tentatives de sabotage" d'exilés cubains vivant aux Etats-Unis.

Barack Obama et Raul Castro ont annoncé mercredi une normalisation des relations, rompues en janvier 1961. Des représentants de l'administration américaine sont attendus le mois prochain à La Havane, avec l'objectif d'y rouvrir une ambassade, et Obama va négocier avec son Congrès, à majorité républicaine, la fin du blocus de Cuba imposé en février 1962. Le président américain, soulignant que la politique suivie jusque là n'avait pas produit les effets recherchés, pense qu'une nouvelle relation favorisera une évolution à Cuba.

Ses émissaires, a-t-il ajouté, discuteront des droits politiques et des libertés civiques lors des négociations à venir. Raul Castro a précisé samedi qu'il était ouvert à des discussions sur un vaste éventail de sujets. Mais, a-t-il ajouté, "de même que nous n'avons jamais réclamé que les États-Unis changent leur système politique, nous demanderons du respect pour le nôtre". Le dirigeant cubain a confirmé par ailleurs sa présence au Sommet des Amériques, en avril prochain au Panama. Cet événement pourrait donner lieu à la première rencontre entre Castro et Obama depuis l'annonce historique de mercredi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.