Le financier américain Jeffrey Epstein s'est suicidé dans sa cellule de la prison de New York samedi 10 août. Investisseur en fonds spéculatifs de 66 ans, Jeffrey Epstein était accusé d'exploitation sexuelle sur de nombreuses mineures. Il avait été arrêté en juillet 2019 et emprisonné.

Manifestation anti-Epstein devant le tribunal fédéral de New York le 8 juillet
Manifestation anti-Epstein devant le tribunal fédéral de New York le 8 juillet © Getty / Stephanie Keith

Jeffrey Epstein, ancien proche de plusieurs personnalités dont Donald Trump et Bill Clinton, était soupçonné d'avoir organisé, durant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles mineures sous influence.  

Selon les enquêtes des autorités américaines et les multiples actions en justice de victimes présumées, se succédaient des jeunes filles mineures, dans  une salle de "massage" que Jeffrey Epstein avait fait aménager, avec sex-toys à profusion. Certaines étaient des collégiennes, avec lesquelles il avait eu des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés, principalement celle de New-York, du Nouveau-Mexique, de Palm Beach (en Floride) et de l'île caribéenne de Little St James dont il était propriétaire. Son pied-à-terre des beaux quartiers parisiens (dans le 16e arrondissement) pourrait bien aussi faire l'objet d'investigations. Jeffrey Epstein encourait 45 ans de prison.

Le FBI a ouvert une enquête après que le financier Jeffrey Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule d'une prison fédérale de Manhattan samedi matin, "apparemment d'un suicide", selon l'administration pénitentiaire fédérale américaine. Il a été retrouvé "inanimé dans sa cellule" vers 6h30 samedi matin, a indiqué l'administration pénitentiaire dans un communiqué. "Le personnel a immédiatement tenté de le ranimer", avant de le faire transporter à l'hôpital où il a été prononcé mort, a-t-elle ajouté.  Jeffrey Epstein avait déjà été retrouvé fin juillet dans sa cellule, blessé avec des marques au cou, dans ce qui avait été présenté comme une possible tentative de suicide. Il avait été placé sous surveillance de l'administration pénitentiaire, dans une unité spéciale de la prison.

Retour sur un scandale pédocriminel qui secoue l'Amérique. 

31 juillet 2019 : Jeffrey Epstein voit le juge

Lors de l'audience qui avait fixé le début d'un procès à juin 2020, ses avocats avaient plaidé non coupable et rappelé que l'affaire soulevait des problèmes de droits. Leur client avait en effet fait l'objet d'une condamnation en 2008 en Floride pour certains de ces actes. Or on ne peut être poursuivi et jugé deux fois pour les mêmes faits. Il avait plaidé coupable d'acte sexuel avec mineure et d'incitation à la prostitution, écopé de 18 mois de prison et d'une inscription au fichier des délinquants sexuels. Or, il n'avait effectué que 13 mois de sa peine, qui plus est en pouvant se rendre à son bureau 6 jours sur 7. C'est cette faible condamnation, et les conditions de sa détention qui ont provoqué u tollé en 2019, lorsque le quotidien Miami Herald a ressorti les conditions de cet accord de 2008. 

25 juillet 2019 :  Jeffrey Epstein est retrouvé quasi inconscient en prison

Ce jour-là, le financier américain est retrouvé allongé par terre dans sa cellule avec des marques sur le cou. Dans un état semi-comateux, le sexagénaire a été transporté dans un hôpital (une semaine après, devant le juge, il ne présentera aucune trace de blessures). Il a été placé "sous surveillance pour risque de suicide" même si le Bureau des prisons et les avocats de Jeffrey Epstein n'ont pas détaillé s'il s'agissait d'une tentative de suicide ou d'une agression par un autre détenu. 

18 juillet 2019 : Jeffrey Epstein reste en prison

Un juge fédéral refuse de laisser sortir Epstein sous caution et sous contrôle judiciaire, même si son avocat a proposé 100 millions de dollars de caution et demandé le port d'un bracelet électronique. Le juge a suivi le procureur, estimant que l'accusé présentait un trop haut risque de sortie du territoire en raison de ses moyens financiers et de ses connaissances. Le juge estime également qu'il représente un danger pour les autres. 

17 juillet 2019 : la vidéo qui accuse Trump

La chaine NBC a retrouvé dans ses archives une vidéo datant de 1992. Elle la ressort ce 17 juillet. On y voit Jeffrey Epstein au domicile de Donald Trump à Mar-a-Lago (Floride). Les deux hommes plaisantent ensemble, en regardant d'un œil lubrique de belles femmes blondes, toutes pom-pom girls de grandes équipes de football américain qui dansent sur la piste. Trump pointe du doigt les jeunes femmes et fait des commentaires inaudibles qui, si l'on se fie à son sourire et son regard, semblent salaces. Ses commentaires provoquent l'hilarité du financier : 

Cette vidéo fragilise les efforts qu'a fait le président américain cette même semaine pour se distancer du riche investisseur. 

En effet, depuis l'arrestation le 6 juillet de Jeffrey Epstein, le locataire de la Maison Blanche a changé de ton, assurant avoir coupé les ponts depuis plusieurs années. Il déclarait le 12 juillet : 

"Je l'ai connu il y a 15 ans. Je n'étais pas un fan de Jeffrey Epstein. Ce n'est pas quelqu'un que je respectais" :

12 juillet 2019 : le ministre du Travail Alexander Acosta démissionne

Le ministre du Travail de l'administration Trump, Alexander Acosta, est accusé d'avoir mal géré les premières accusations contre le financier en 2008, alors qu'il était procureur fédéral en Floride. C'est lui qui a accepté l'accord permettant à Epstein d'éviter un procès et plus de 40 ans de prison. À la place il ne fut condamné qu'à une peine légère et qui plus aménagée.

La version de Bill Clinton est mise à mal

Le nom de l'ex-président démocrate Bill Clinton est cité dans le dossier comme étant  un ami d'Epstein. Il est soupçonné d'avoir voyagé dans l'avion privé d'Epstein sans les membres de sa sécurité. Clinton admet deux ou trois voyages, mais toujours accompagné de son équipe. Mais comme en attestent les feuilles de bord du jet de l'homme d'affaires, Clinton a voyagé au moins une douzaine de fois à bord du jet, et à chaque fois alors que des jeunes femmes voyageaient également dans l'avion. 

Le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II est également soupçonné d'avoir fait partie de l'entourage proche de Jeffrey Epstein. L'avion était appelé le "Lolita express" par la presse car de nombreuses jeunes femmes montaient régulièrement à bord. 

8 juillet 2019 : Inculpation pour exploitation sexuelle

Jeffrey Epstein a été inculpé le 8 juillet d'exploitation sexuelle de mineures et d'association de malfaiteurs en vue d'exploiter sexuellement des mineures. Ces deux chefs d'accusation sont passibles au total de 45 ans d'emprisonnement. Le procureur de Manhattan ne s'estime pas lié par l'accord qui avait été conclu en 2008 au bénéfice de Epstein. Il a donc rouvert le dossier.

Lors de l'annonce de l'inculpation, deux anciennes victimes présumées témoignent.

6 juillet 2019 : l'incarcération

Il est incarcéré au Metropolitan Correctionnal Center (MCC), à Manhattan, dans l'attente de son procès. Le MCC est généralement utilisé pour les justiciables en attente de leur procès et est considérée comme l'une des prisons les plus sûres des États-Unis.

6 juillet 2019 : arrestation, perquisition et incarcération

Le FBI arrête l'homme d'affaires américain à l'aéroport de Teterboro dans le New Jersey, alors qu'il arrive de Paris, à bord de son jet privé. Ce jour-là, des photos de jeunes filles mineures sont découvertes lors d'une perquisition de son appartement luxueux de l'Upper East Side à New York. Ils découvrent également dans un coffre, selon le procureur, des dizaines de diamants, des piles de liasses de billets, ainsi qu’un passeport autrichien périmé avec la photo du financier mais un autre nom, donnant comme adresse une résidence en Arabie saoudite. 

Novembre 2018 : le quotidien Miami Herald déterre le deal incroyable passé entre Epstein et le procureur Acosta

Julie K.Brown est journaliste au Miami Herald. C'est elle qui ressort l'affaire de 2008, et surtout le deal grâce auquel Epstein a pu échapper une longue peine de prison. Le titre de l'enquête, qui vise surtout la justice : 

"Dix ans avant #MeToo, un agresseur sexuel multimillionnaire de Floride obtient un super deal" 

La journaliste y révèle également l'existence d'"un petit livre noir" contenant la liste d'amis prestigieux d'Epstein qui auraient participé à ses soirées.

"Il avait 50 ans. C'étaient des petites filles. Leurs histoires étaient presque identiques. Les preuves étaient circonstanciées."

En 2015, une femme porte plainte

Virginia Roberts Giuffre porte plainte contre Epstein en 2015 et l'accuse d'avoir fait d'elle une esclave sexuelle lorsqu'elle était mineure. Elle l'accuse de l'avoir violée chez lui à New York, au Nouveau Mexique, en Floride et dans les îles vierges britanniques. Elle raconte notamment qu'elle a été contrainte de participer à "une orgie" avec notamment plusieurs mineures. Elle dit également avoir été forcée à avoir une relation sexuelle avec le Prince Andrew, ami de Jeffrey Epstein et fils de la Reine Elizabeth II . Sa plainte est classée sans suite.

En 2008, Jeffrey Epstein plaide coupable mais est relâché

Jeffrey Epstein est poursuivi pour avoir incité à la prostitution des dizaines de mineures, dont certaines âgées de 14 ans seulement, entre 2002 et 2005 dans ses propriétés de Manhattan et de Palm Beach (Floride). Il négocie alors un accord de plaider-coupable. Il évite ainsi un procès. En échange, il est condamné à 13 mois de détention seulement. Ces 13 mois sont aménagés, à son avantage : il peut se rendre six jours par semaine à son bureau. 

En 2002, Trump le défend

Cette année-là, le magnat Donald Trump est interrogé par la presse sur ses liens avec Jeffrey Epstein. Il déclare 

"Je connais Jeff depuis 15 ans. Un type génial. C'est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu'il aime autant les jolies femmes que moi. Il les préfère plutôt jeunes."

En 1998, Epstein achète "l'île de tous les péchés"

Little St James est une île privée située dans les Îles Vierges britanniques. L'Américain l'achète en 1998 pour 7,95 millions de dollars. Il fait construire cinq maisons. L'île fait partie des lieux où la police le soupçonne de s'être livré à des activités sexuelles avec des mineures. Cette île est appelée "l'île de tous les péchés" ("island of sins"). 

En 2016, Jeffrey Epstein achète une deuxième île, Great Saint James, pour 18 millions de dollars. Sur cette île, on peut voir une construction carrée blanche aux rayures bleues. Le toit en forme de dôme doré a disparu lors du passage d'un ouragan. Le bâtiment est un temple selon le journal Business insider

Ces îles auraient peut-être été également le lieu de malversations financières,  dans le cadre de l'enquête du Southern District de New York  Public Corruption Unit, car Epstein y avait domicilié sa société off shore, the Financial Trust Company.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.