D'après l'agence Frontex, chargée de la surveillance des frontières européennes, les arrivées de migrants ont baissé de deux tiers en 2016, après avoir explosé en 2015.

Migrants arrivant sur l'île de Lesbos en mars 2016
Migrants arrivant sur l'île de Lesbos en mars 2016 © Reuters / Alkis Konstantinidis

En 2016, 364.000 migrants ont atteint l'Europe par l'une des deux principales voies maritimes, environ trois fois moins que l'année précédente. Une baisse directement liée à l'accord passé par l'Union européenne avec la Turquie. Les arrivées par les îles grecques, notamment, ont fortement diminué.

En revanche, les arrivées par la partie centrale de la mer Méditerranée (à destination de l'Italie), ont battu un record : 181.000 personnes enregistrées par les autorités locales, soit 20 % de plus qu'en 2015. Une route privilégiée par les migrants nigérians, érythréens et guinéens.

Cette baisse du nombre d'arrivées par la Méditerranée avait déjà été constatée par l'Organisation internationale pour les migrations en décembre 2016. Elle évoquait en parallèle une augmentation du nombre de morts lors des périlleuses traversées tentées par les migrants en Méditerranée (4913 en 2016 contre 3777 en 2015).

L'accord avec la Turquie prévoyait une lutte accrue contre les passeurs clandestins et le maintien de réfugiés sur le territoire turc, en échange d'indemnités financières et de la promesse d'une suppression des visas pour les ressortissants turcs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.