Le satellite Gaïa a été mis en orbite par la fusée Soyouz
Le satellite Gaïa a été mis en orbite par la fusée Soyouz © EPA/MAXPPP

Jeudi, 10h12, au centre spatial guyanais de Kourou, les moteurs de la fusée Soyouz s’allument. Le satellite Gaïa s’apprête à être placé en orbite autour de la Terre pour une mission de cinq ans.

Le décollage et la mise en orbite étaient les dernières phases critiques de ce projet lancé en 2004. Le satellite Gaia mesurera avec une précision inégalée la position d'un milliard d'étoiles, soit 1% des étoiles de notre galaxie. Les astronomes espérent aussi détecter 300.000 astéroïdes, 1.000 à 2.000 céphéides, des étoiles géantes dont l'éclat varie de manière extrêmement régulière, 500.000 quasars, ces régions lumineuses autour des trous noirs supermassifs, et encore 10.000 à 20.000 exoplanètes.

Pour Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d'études spatiales (CNES),

Gaia est l'aboutissement de neuf années de travaux intensifs qui vont permettre une avancée exceptionnelle pour la compréhension de notre univers, de son histoire et de ses lois.

Une fois en orbite, Gaia sera positionné à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre. D’une masse de deux tonnes, pour un diamètre de 3,8 mètres et une hauteur de 4,4 mètres, il emporte trois instruments différents : un instrument d’astrométrie pour déterminer la position, le mouvement et la distance des étoiles, un instrument de photométrie pour mesurer l’éclat et la couleur des étoiles, un spectromètre pour préciser le type de leur lumière.

Gaïa: le télescope spatial, sa mission
Gaïa: le télescope spatial, sa mission © Radio France

Chaque jour, pendant huit heures, le satellite enverra les données récoltées. Au total, les astronomes devraient obtenir 1 pétaoctet de données, soit un million de milliards d’octet. Les 30 laboratoires et 450 personnes mobilisés en Europe, dont une centaine en France, ne seront donc pas de trop pour traiter la masse d’informations.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.