Ce jeudi, l'Asie fêtera le Nouvel an lunaire, la fête la plus importante de l’année. Des centaines de millions de Chinois sont en train de se déplacer pour la plus grande migration de l’année ! Et c’est très impressionnant.

Le "Nouvel an lunaire", encore appelé "Chunyun" ou "Festival du printemps" engendre chaque année le déplacement de centaines de millions de Chinois à travers le pays.
Le "Nouvel an lunaire", encore appelé "Chunyun" ou "Festival du printemps" engendre chaque année le déplacement de centaines de millions de Chinois à travers le pays. © Maxppp / Featurechina

C'est comme tous les ans la pagaille au moment où la Chine s'apprête à célébrer le Nouvel an lunaire ce jeudi. Des dizaines de millions de passagers passent par la grande gare de Pékin pour partir fêter "Chunyun". 

Pétards interdits pour lutter contre la pollution

Sur les quais et dans les files d'attentes, les bras sont chargés de paquets, de cadeaux, de valises et de quoi manger dans le train, comme pour Monsieur Li. 

Originaire de la province du Shanxi, dans le nord du pays, Monsieur Li va rendre à visite à la famille de sa petite amie. Un voyage organisé de longue date : "Je prends le  TGV. Evidemment, j'ai acheté mon billet un mois en avance ! J'ai préparé mes cadeaux, il faut s'organiser longtemps avant de partir."  

Pour lui, célébrer le Nouvel an est une tradition incontournable : "Que tu aies de l'argent ou pas, tu essaies de rentrer à la maison pour le nouvel an. En TGV, en train, par avion, et maintenant par l'autoroute, tu as le choix pour te déplacer, c'est plus facile qu'avant."

Cette année, le Nouvel an s'annonce moins joyeux que d'habitude, les pétards et autres feux d'artifice étant interdits pour lutter contre la pollution de l'air. 

Lutter contre la pauvreté

Xi jinping revient d’une tournée en province, où il a promis d'éradiquer les "fantômes de la pauvreté". Une pauvreté présente à Pékin. Cette année, Mademoiselle Wang, caissière dans un supermarché, n’ira pas fêter le nouvel an. "J'ai besoin de travailler" explique-t-elle. En trois jours de fête à Pékin, la salariée dit gagner "1000 yuan de plus que [son] salaire habituel", soit 130 euros supplémentaires. "Mon salaire net est de 6000 yuan." 

Les fêtes sont une aubaine pour les salariés qui restent. Peu nombreux, ils se retrouvent pour le réveillon explique Mademoiselle Wang : "On va fêter ensemble. On est en tout  un peu plus d'une dizaine."

Cette année, la Chine et toute l’Asie entrent dans l’année du chien. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.