Une enquête publiée par l'ONG Public Eye pointe du doigt les pratiques des industriels du tabac suisse : les cigarettes qu'ils produisent pour l'Afrique sont plus chargées en substances nocives et addictives que celles pour l'Europe. Avec une population qui fume de plus en plus, l'enjeu économique est gigantesque.

A l'inverse des pays développés, l'OMS estime que le nombre de fumeurs en Afrique va bondir de 40% entre 2010 et 2025
A l'inverse des pays développés, l'OMS estime que le nombre de fumeurs en Afrique va bondir de 40% entre 2010 et 2025 © Maxppp / Philippe Turpin

Une usine, deux types de cigarettes : d'un côté, celles à destination des marchés européens, conformes aux règles sanitaires. De l'autre, celles à destination de l'Afrique, bien plus chargées en substances addictives. Ce double standard accablant pour l'industrie du tabac est révélé par une enquête de la journaliste d'investigation indépendante Marie Maurisse, réalisée avec le concours de l'ONG Public Eye (déjà à l'origine d'une enquête sur les exportations de carburant sale vers l'Afrique)

Pour étayer son enquête, la journaliste d'investigation a fait réaliser des analyses sur le tabac suisse destiné à l'export, soit les trois-quarts des près de 35 milliards de cigarettes fabriquées par la Confédération en 2016. Le résultat est accablant : "Un échantillon de la marque Winston, par exemple, comporte plus de 16,31 milligrammes de particules totales par cigarette, contre 10,5 pour des Winston Classic achetées à Lausanne. Pour la nicotine, la différence entre les cigarettes commercialisées au Maroc et en Suisse est particulièrement frappante : 1,28 milligramme par cigarette pour des Camel «Swiss made» vendues au Maroc, selon les résultats de l’IST, contre à peine 0,75 milligrammes pour des Camel Filters vendues en Suisse."

Des cigarettes suisses considérées comme de meilleure qualité

Le Maroc n'est pas cité au hasard : c'est dans ce pays que Marie Maurisse est allée enquêter sur les conséquences de ce double standard. "En 2017, 2900 tonnes de cigarettes suisses ont été exportées au Maroc. Le Maroc semble être, pour les industriels, une excellente porte d’entrée vers ces marchés [africains ndlr]. Selon une étude du ministère marocain de la Santé, 13% des fumeurs y ont moins de 15 ans. Et la proportion de filles qui fument est en passe d’égaler celle des garçons". Et les témoignages recueillis par la journaliste d'investigation, aidée de sa consœur Théa Ollivier, sont glaçants: "Ibtissam, une jeune femme installée à la terrasse du café Le Noble, dans le quartier commerçant de Maârif [à Casablanca], écrase son mégot dans le cendrier avant de filer au travail. « J’ai commencé à 12 ans et je ne veux pas arrêter, explique- t-elle. Pour moi, c’est une liberté.» Sait-elle qu’elle fume des cigarettes suisses? « Bien sûr. Pour moi, c’est un gage de qualité. Elles sont meilleures que les marocaines »".

Contactée par France Inter, Marie Maurisse confirme que l'exportation de cigarettes fabriquées dans les usines suisses vers l'Afrique est légale. "Ce que j'ai découvert avec mon enquête, c'est qu'il y a des contrôles douaniers mais ils sont essentiellement concentrés sur la question des taxes et de la contrebande. La question de la qualité du tabac, de la composition des cigarettes, les questions de santé ne sont à peu près jamais contrôlées, ni en Suisse ni dans les pays d'Afrique vers lesquels les cigarettes sont acheminées".

Compenser en Afrique la baisse du nombre de fumeurs dans les pays développés

Pour les fabricants de tabac, l'enjeu est, selon elle, colossal : "Ils perdent des clients dans les pays développés, le nombre de fumeurs est en baisse. En Afrique, c'est l'inverse : dans les pays les moins développés, le nombre de fumeurs augmente. C'est selon l'OMS le continent qui connaîtra la plus forte augmentation du nombre de fumeurs d'ici à 2050. Pour les industriels, cela représente une opportunité économique incroyable : c'est là qu'ils vont trouver le réservoir de nouveaux clients". Dans son enquête, elle cite ces données de l'Organisation Mondiale de la Santé : "L’OMS estime à 77 millions le nombre de fumeurs en Afrique – soit 6,5% de la population du continent. L’institution prévoit que, d’ici à 2025, ces chiffres augmenteront de près de 40% par rapport à 2010, soit la plus forte augmentation à l’échelle mondiale."

Un marché auquel la Suisse n'a aucun intérêt à s'attaquer, poursuit la journaliste : "Les trois principaux fabricants de cigarettes dans le monde, Philip Morris, Japan Tobacco et British American Tobacco, sont présents en Suisse, avec des usines et des bureaux, voire des sièges. Cela représente une bonne partie de l'économie de certains cantons, notamment celui de Neuchâtel, aussi bien en termes d'emplois que d'impôts".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.