Vanessa Marzullo et Greta Ramelli à Milan place du Dome
Vanessa Marzullo et Greta Ramelli à Milan place du Dome © DR Facebook

Les deux jeunes femmes, disparues depuis cinq mois, apparaissent dans une vidéo mise en ligne depuis quelques heures où elles lancent un appel au gouvernement italien

Vanessa Marzullo et Greta Ramelli, des humanitaires italiennes disparues dans le nord de la Syrie, dans un village proche d'Alep début août, sont apparues dans une vidéo où elles réclament l'aide de leur gouvernement pour être libérées pour Noël.

La vidéo, filmée à la mi-décembre -l'une d'elles montre une feuille indiquant la date du 17-, a commencé à circuler sur internet dans la nuit de mercredi à jeudi et montre deux jeunes femmes dans la vingtaine, habillées de robes noires et coiffées d'un foulard.

Aucun détail de cette vidéo de 23 secondes ne permet d'identifier le groupe qui détient les jeunes femmes et personne d'autre qu'elles n'apparaît dans la séquence.

La vidéo a été mise en ligne sur YouTube, accompagnée du titre "Le Front Al-Nosra détient deux Italiennes en raison de la participation de leur gouvernement à la coalition" internationale combattant les jihadistes du groupe Etat islamique en Syrie.

A Rome, Xavier Sartre

Les deux jeunes filles avaient fondé une ONG

Vanessa Marzullo, 21 ans, et Greta Ramelli, 20 ans, originaires de Lombardie, avaient fondé leur association d'aide baptisée "Horryaty" dans les domaines de l'eau et de la santé pour amener de l'aide aux civils syriens. Elles en étaient à leur deuxième voyage sur place.

En août, le ministère italien des Affaires étrangères avait assuré que les deux Italiennes n'étaient pas aux mains de de l'organisation EI, sans cependant diffuser d'informations sur leurs ravisseurs.

Un autre citoyen italien, le père jésuite Paolo Dall'Oglio, est également porté disparu dans le nord de la Syrie depuis juillet 2013 alors que des dizaines d'humanitaires et de journalistes ont été enlevés en Syrie depuis le début du conflit.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.