le chef de la marine ukrainienne libéré en crimée
le chef de la marine ukrainienne libéré en crimée © reuters

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), à laquelle appartient la Russie, a décidé vendredi l'envoi d'une mission d'observation en Ukraine pour une durée de six mois.

Un compromis a pu être trouvé entre la Russie, qui a rattaché la péninsule ukrainienne de Crimée à son territoire, et les 56 autres pays membres de l'OSCE alors que des diplomates occidentaux avaient imputé à Moscou l'échec de précédentes discussions à ce sujet.

L'objectif de cette mission est de contribuer "à travers le pays (...) à réduire les tensions et à favoriser la paix, la stabilité et la sécurité", est-il écrit dans le texte d'annonce de la décision, prise à l'issue d'une réunion extraordinaire.

Les observateurs pourront-ils se rendre en Crimée ?

Ce document ne mentionne toutefois pas la Crimée, ce qui jette un doute sur la capacité des observateurs à se rendre un jour dans cette région peuplée majoritairement de russophones et annexée par la Russie après la destitution en février du président ukrainien prorusse Viktor Ianoukovitch à la suite d'un mouvement de contestation pro-européen.

Pour entrer ou sortir de Crimée, il faudra bientôt une autorisation spéciale. Reportage à Simféropol de Julie Pietri.

La mission de l'OSCE sera basée à Kiev et sera constituée dans un premier temps de 100 observateurs civils. Ses effectifs pourraient ensuite être augmentés de 400 observateurs supplémentaires.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Le zoom de la rédaction : "La crimée voit sa vie en russe"

Elle se déploiera initialement dans neuf villes, dont Donetsk, grande ville de l'est russophone de l'Ukraine. Le texte a immédiatement donné lieu à des interprétations divergentes de la part des Etats-Unis et de la Russie.

Interprétations divergentes

Dans un communiqué, les Etats-Unis affirment : "La Crimée est en Ukraine. Un seul pays participant prétend qu'elle est autre part qu'en Ukraine. Il est évident qu'avec l'adoption de cette décision, cette mission dispose d'un mandat pour travailler en Crimée et dans toutes les autres parties de l'Ukraine."

L'ambassadeur russe Andreï Keline a en revanche jugé que la Crimée était désormais un territoire russe. "(Les observateurs de l'OSCE) n'ont aucun mandat pour s'y rendre. La Crimée fait partie de la Fédération de Russie", a-t-il dit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.