Rencontre entre Vladimir poutine et Philippe de Villiers à Yalta en Crimée
Rencontre entre Vladimir poutine et Philippe de Villiers à Yalta en Crimée © MaxPPP/Epa/Alexander Zemlianichenko

Vladimir Poutine et Philippe de Villiers ont signé un accord prévoyant la création de deux versions inspirées du parc vendéen, l'une à Moscou et l'autre en Crimé.

L'ancien président souverainiste du conseil général de Vendée était venu lui même à Yalta, pour vendre son concept de Puy du Fou au leader russe.

Reçu pendant près d'une heure par Poutine dans le bureau du Tsar Nicolas II, au palais d'été des Tsars, Philippe de Villiers n'a pas caché pas sa fascination pour le maître du Kremlin et même plus puisqu'il a regretté que l'Union Européenne commette "des actes de guerre" vis à vis de la Russie, en imposant des sactions qu'il décrit comme "des humiliation et des mesures vexatoires", en passant sous silence les raisons qui ont motiv" ces sanctions.

Philippe de Villiers avec Stéphane Place

Je suis prêt à échanger Hollande plus Sarkozy contre Poutine pour la France

Le parc de loisirs vendéen, dont les spectacles historiques ont acquis une renommée internationale, va désormais se décliner en Russie avec l'ouverture de deux parcs, dont l'un à Moscou en 2016 et l'autre en Crimée - une péninsule d'Ukraine annexée par la Russie en mars- en 2017.

Nicolas De Villiers, président du Puy du Fou et fils de Philippe de Villiers estime peu crédible que la France puisse sanctionner le Puy du Fou :

Nous avons conscience que la situation est tendue, en particulier autour de la question de la Crimée russe. Pour autant, il nous semble qu'organiser une coopération entre la France et la Russie est un acte de paix.,

Le Puy du Fou sera maître d'oeuvre des deux projets, qui créeront 50 emplois en Vendée.

Les explications d'Anne Chovet

Avec 1,74 million de visiteurs, le Puy du Fou s'est hissé en 2013 à la 2e place des parcs à thème en France, loin derrière Disneyland Paris mais pour la première fois devant les parcs Astérix et Futuroscope.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.