des charniers font craindre un bain de sang au soudan du sud
des charniers font craindre un bain de sang au soudan du sud © reuters

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé mardi l'envoi au Soudan du Sud de casques bleus supplémentaires, dont les effectifs vont presque doubler, alors que l'Onu a annoncé la découverte decharniers.

Selon l'ONU, le bilan des combats depuis 10 jours atteindrait plusieurs milliers de morts. Près de 50 000 personnes seraient réfugiés dans les camps des Nations-Unies à travers tout le pays. Le conseil de sécurité a autorisé hier soir l'envoi de 6 000 casques bleus supplémentaires. C'est un quasi doublement des effectifs. La MINUSS deviendra ainsi la troisième mission de maintien de la paix de l'ONU dans le monde après celles de la république démocratique du Congo et celle du Darfour.

Alors qu'environ 45 000 civils ont trouvé refuge dans les différents camps de l'Onu, les 15 membres du Conseil de sécurité ont voté à l'unanimité l'accroissement des effectifs de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss), qui vont passer à 12 500 soldats et 1 323 policiers, contre 7 000 et 900 actuellement.

Comme l'explique l'envoyé spécial permanent de France Inter à Washington Frédéric Carbonne, ce contingent

...ne sera pas suffisant pour garantir la sécurité de tous les civils.

Dans le journal de 13h, Patrick Boyer recevait Marc Lavergne, directeur de recherches au CNRS et spécialiste de cette partie de l'Afrique. Question : Omar El-Bechir à la tête du Soudan historique peut-il être tenté d'intervenir à son profit ? Réponse.

Il y a une tentation de saisir cette occasion pour attiser le feu au sud. On peut penser que Khartoom sera tenté d'aller vers cette action.

Les combats continuent

Le gouvernement du Soudan du Sud a annoncé mercredi que des combats acharnés opposaient l'armée gouvernementale aux forces rebelles de l'ancien vice-président Riek Machar pour le contrôle de Malakal, capitale de l'Etat pétrolier du Nil supérieur.

"Il y a de durs combats à (Malakal) entre les forces loyales à Riek Machar et les forces gouvernementales", a déclaré le porte-parole du président Salva Kiir, Ateny Wek Ateny. Les insurgés ont attaqué Malakal mardi matin. Le porte-parole a ajouté que les gisements du Nil supérieur, qui produisent environ 200 000 barils de pétrole par jour, étaient très éloignés de cette ville et étaient sous le contrôle du gouvernement. "Les gisements pétroliers sont en sécurité", a-t-il assuré par téléphone.

Des charniers au sud-Soudan
Des charniers au sud-Soudan © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.