Jack Straw et Malcolm Rifkind
Jack Straw et Malcolm Rifkind © REUTERS/Paul Hackett et SIPA/AP/Paul Ellis

Les deux ex-ministres ont été accusés par The Daily Telegraph et la chaîne de télévision Channel 4 d'avoir proposé, moyennant rétribution, d'user de leur influence pour favoriser une entreprise privée.

Les journalistes, équipés d'une caméra cachée, se sont fait passer pour des hommes d'affaires représentant une entreprise chinoise. Selon leur enquête, Jack Straw, le député du Labour, a offert d'échanger son influence contre une rétribution de 5.000 livres (6.800 euros) par jour. Malcolm Rifkind, député du Parti conservateur, a pour sa part proposé de permettre un "accès utile" à tout ambassadeur britannique dans le monde.

Les deux députés, également anciens ministres des affaires étrangères, ont tous les deux nié les faits, mais Malcom Rifkind - bien qu'il ait affirmé que ces ativités sont jugées "acceptables" par le Parlement - a tout de même été exclu du groupe parlementaire conservateur en attendant la tenue d'une commission disciplinaire au sein du parti. Quant à Jack Straw, il a lui même annoncé, dès la publication de l'enquête, qu'il s'excluait de lui-même du groupe parlementaire travailliste. Le député dit avoir prévenu les prétendus hommes d'affaire qu'il ne travaillerait pour l'entreprise qu'après avoir abandonné son mandat de député après les élections de mai.

Jack Straw et Malcolm Rifkind attendent maintenant la décision de la commissaire chargé de veiller au respect des règles parlementaires.

Les journalistes ont dit avoir contacté douze députés pour leur enquête. Six d'entre eux n'ont pas répondu et un a réondu aux faux hommes d'affaires que ses contacts n'étaient pas "à vendre".

Le récit de Franck Mathevon à Londres

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.