Dilma Roussef va-t-elle être destituée ? le patronnat s'y emploie
Dilma Roussef va-t-elle être destituée ? le patronnat s'y emploie © MaxPPP/EPA/Fernando Bizerra Jr.

Alors qu'au Brésil les députés s'affrontent toujours sur la destitution de leur présidente accusée d'avoir maquillé les comptes publics du pays, le patronat voit dans cette affaire un bon moyen de régler ses comptes avec le gouvernement actuel.

Le Brésil va t'il destituer sa présidente Dilma Roussef ? Les députés brésiliens ont passé la journée de vendredi à débattre du sujet. Une séance plénière et télévisée qui se poursuit dans une ambiance tendue. Cette session marathon de trois jours sera conclue dimanche par un vote crucial. Vendredi soir la présidente brésilienne qui devait intervenir à la télévision a reporté son intervention, alors que beaucoup d’analystes politiques la donnent déjà battue.

Que reproche-t-on à Dilma Rousseff ?

D'avoir maquillé les comptes publics du Brésil pour dissimuler aux électeurs l'étendue des déficits et de la crise économique, afin de faciliter sa réélection en 2014. Elle le confesse à demi-mots en faisant valoir que tous ses prédécesseurs ont eu recours - dans une moindre mesure - à ces tours de passe-passe sans avoir jamais été inquiétés. Un prétexte donc, dénonce-t-elle, pour habiller d'un vernis juridique un "coup d'Etat" institutionnel alors que nombre de ses accusateurs sont eux mêmes soupçonnés par la justice de corruption. Des dizaines de députés et sénateurs sont ainsi soupçonnés dans le scandale Petrobras. La branche brésilienne de l'ONG Transparency International estime que pas moins de 58,1% ds députés brésiliens ont ou ont eu maille à partir avec la justice pour des affaires de corruption.

Contrairement à ses accusateurs, Dilma Rousseff n'a jamais été soupçonnée d'avoir touché personnellement de l'argent issu de la corruption.

Le poids des programmes sociaux

L'opposition conservatrice brésilienne et aussi le patronat voient dans cette affaire un bon moyen de régler leurs comptes avec le gouvernement actuel et son parti, le parti des travailleurs.

Les explications de Bertrand Gallichet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.