Dilma Rousseff joue son mandat lors d'un vote.
Dilma Rousseff joue son mandat lors d'un vote. © MaxPPP

Dilma Rousseff perd chaque jour de nouveaux alliés alors que ce dimanche 17 avril, les députés voteront pour ou contre la destitution de la présidente du Brésil impliquée selon l’opposition dans une affaire de maquillage de comptes publics.

Ce mercredi, la présidente a promis de «lutter jusqu’à la dernière minute ». Pourtant, ses alliés la lâchent les uns après les autres. Mardi soir, deux partis de sa coalition ont annoncé qu’ils ne la soutiendront pas ce dimanche au moment du vote.

Elle espère encore sauver son mandat

Dilma Rousseff est accusée par l’opposition de maquillage des comptes publics. La quatrième force du pays, le PP et ses 47 députés, et les 22 députés du PRB voteront pour la destitution de l’actuelle dirigeante du pays sous la pression d’une majorité de leurs élus. Malgré tout, elle espère encore sauver son mandat plombé par l’affaire dite Petrobras.

Demande au Tribunal suprême fédéral

Le gouvernement a déposé ce jeudi, une demande au Tribunal suprême fédéral afin d'"annuler la procédure de destitution". Pour être adoptée, la destitution doit être votée par 342 députés. D’après un sondage de l'Estado S.Paulo, 333 députés sont favorables à la destitution, 124 y sont opposés et 56 n’ont pas encore fait leur choix ou n'ont pas répondu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.