Matthias Müller, 62 ans, est l'actuel chef de la marque de luxe Porsche
Matthias Müller, 62 ans, est l'actuel chef de la marque de luxe Porsche © MaxPPP

Ebranlé par le scandale des moteurs diesel truqués le constructeur automobile désigne ce vendredi un nouveau capitaine pour le guider dans la tempête, après la démission retentissante de son patron. Matthias Muller, chef de la marque Porsche, est pressenti pour lui succéder.

Après le scandale, planétaire, et la démission de son patron, Volkswagen se cherche un nouveau capitaine pour redresser la barre dans la tempête. Ce vendredi, les vingt membres du conseil de surveillance du constructeur de Wolfsburg doivent se réunir dans la matinée pour démettre officiellement de ses fonctions Martin Winterkorn, l'actuel PDG.

Une série de limogeages pressentis au sein de l’état-major

Mercredi, celui que les médias allemands surnommaient tout récemment encore "M. Qualité" a annoncé son départ, en endossant la pleine responsabilité du scandale tout en assurant n'en avoir jamais rien su. Selon la presse allemande, c'est Matthias Müller, 62 ans, actuel chef de la marque de luxe Porsche, qui devrait lui succéder. Très apprécié au sein du groupe, l’homme dirige cette filiale depuis 2010. Devraient suivre dans la foulée d’autres remplacements au sein de l’état-major du groupe. Parmi les limogeages pressentis, la presse citait jeudi les noms d'un dirigeant de la marque Audi, l'une des 12 dans l'escarcelle de Volkswagen, du chef du développement de Volkswagen et d'un membre du directoire de Porsche, également une filiale du groupe.

Volkswagen a provisionné 6,5 milliards d’euros

Le nouveau chef et son directoire remanié devront gérer les conséquences commerciales et judiciaires de l'affaire, difficilement appréciables pour le moment. Volkswagen a déjà provisionné 6,5 milliards d'euros dans ses comptes, mais encourt rien qu'aux Etats-Unis une amende maximale de 18 milliards de dollars (16 milliards d'euros).Aux Etats-Unis, où elle a éclaté la semaine dernière, le constructeur fait déjà de surcroît en quelques jours l'objet de nombreuses plaintes en nom collectif et des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs pays, dont l'Allemagne. Après Fitch la veille, l'agence de notation américaine Standard and Poor's a annoncé jeudi qu'elle plaçait le groupe allemand Volkswagen sous "surveillance négative", l'étape préalable à un possible abaissement de la note de sa dette.

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.