le kremlin entérine les référendums séparatistes en ukraine
le kremlin entérine les référendums séparatistes en ukraine © reuters

Les séparatistes de l'est de l'Ukraine ont réclamé le rattachement de leur territoire à la Russie. Moins de vingt-quatre heures après le double référendum d'indépendance, les insurgés ont proclamé la "souveraineté" des régions séparatistes de Donetsk et de Lougansk.

Le Kremlin a entériné hier les référendums séparatistes. L'Ukraine qualifie ces scrutins, qui ont eu lieu dimanche, de "farce", tandis que les Européens et les Américains leur nient toute légalité. Moscou dit au contraire respecter la volonté du peuple exprimée lors de ces consultations - un "oui" triomphal à l'indépendance à en croire les organisateurs - en espérant que leur résultat sera mis en oeuvre de "manière civilisée, sans nouvelle violence et par le dialogue".

Selon l'agence russe RIA, la région de Lougansk va demander aux Nations unies de reconnaître son indépendance, tandis que le chef des séparatistes et maire de Slaviansk, Viatcheslav Ponomariov, a appelé Moscou à envoyer des troupes dans l'est de l'Ukraine pour "ramener la stabilité et la paix".

Le chef séparatiste invoque "la restauration de la justice historique". Le reportage de Philippe Randé.

L'UE va (un tout petit peu) plus loin dans les sanctions

l'ue étend sa liste de sanctions après les référendums en ukraine
l'ue étend sa liste de sanctions après les référendums en ukraine © reuters

L'Union européenne a étendu, lundi, ses sanctions contre la Russie aux entreprises, en réaction aux référendums d'autodétermination, en ajoutant deux sociétés criméennes à sa liste noire aux côtés de 13 nouvelles personnalités. Parmi ces dernières, figurent notamment un proche de Vladimir Poutine, Viatcheslav Volodine, déjà sur la liste des personnalités sanctionnées par les Etats-Unis. En tant que premier secrétaire général adjoint de la présidence russe, il est responsable de l'intégration politique de la Crimée ukrainienne dans la Russie, après son annexion en mars.

Ces derniers ajouts, parmi lesquels figurent aussi le chef des Troupes parachutistes russes et le maire rebelle de la ville de Slaviansk, portent à 61 le nombre de Russes et d'Ukrainiens qui font l'objet de gels d'avoirs et d'interdictions de visas. Les deux sociétés visées sont PJSC Tchernomorneftegaz, spécialisée dans la prospection de gisements d'hydrocarbures dans les secteurs de la mer Noire et de la mer d'Azov, et Feodosia, une compagnie pétrolière criméenne.

Malgré l'ajout de deux sociétés, Bruxelles reste toutefois beaucoup plus prudente que Washington. Les États-Unis ont sanctionné, fin avril, 17 sociétés russes et gelé les avoirs de sept proches de Vladimir Poutine, dont le président du géant pétrolier Rosneft, Igor Setchine.Les réticences de l'UE à sanctionner plus lourdement l'économie russe sont largement liées à la forte dépendance énergétique de certains pays membres vis-à-vis de Moscou, ou aux liens financiers ou commerciaux étroits qu'ils entretiennent avec la Russie.

La France a ainsi confirmé officieusement, lundi, sa décision d'honorer le contrat de vente de deux navires porte-hélicoptères Mistral à la Russie.

Ukraine : après les référendums à l'Est
Ukraine : après les référendums à l'Est © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.