La guerre civile au Soudan Sud a fait fuir 2,3 millions de personnes
La guerre civile au Soudan Sud a fait fuir 2,3 millions de personnes © MaxPPP

Alors que le Soudan du Sud a basculé dans la guerre civile en 2013, l’Onu y dénonce une situation des droits de l'homme "parmi les plus horribles dans le monde". Un rapport évoque des violences sexuelles utilisées comme arme de guerre.

Depuis les débuts du conflit au Sud Soudan en 2013 , on compte des dizaines de milliers de victimes, et plus de 2,3 millions de personnes chassées de chez elle . Le rapport dévoilé cette fois par l’Onu s’indigne des exactions commises par le gouvernement entre octobre 2016 et janvier 2016 : exécutions, destructions, et violences sexuelles massives utilisées comme "un instrument de terreur " et une "arme de guerre " dans le pays.

Politique de la terre brûlée

Le haut-commissariat des nations-unies évoque une " politique de la terre brulée " menée par le gouvernement , et assure que ses milices sontautorisées à "violer les femmes en guise de salaire " au nom du principe "faites ce que vous pouvez et prenez ce que vous voulez ".Le Soudan du Sud, indépendant du Soudan depuis juillet 2011 après des décennies de conflit avec Khartoum, a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 : le président Salva Kiir avait alors accusé son ancien vice-président de fomenter un coup d'État. En août 2015, un accord de paix a bien été signé mais il n'a pas empêché la poursuite des combats entre l'armée régulière et des groupes rebelles.

Soupçons de crimes contre l’humanité

Le rapport contient des témoignages sur des civils (y compris enfants et personnes handicapées) , qui, soupçonnés de soutenir l'opposition, ont été assassinés, brûlés vifs, asphyxiés dans des conteneurs, tués par balle, pendus à des arbres ou découpés en morceaux.Des crimes de guerre, ou même des crimes contre l’humanité , pour Le Haut-Commissariat de l’Onu, qui réclame une enquête, voire même de faire appel à la Cour Pénale Internationale .

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Le dossier Soudan du Sud : Bienvenue en enfer

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.