Dans son briefing quotidien face aux journalistes accrédités à la Maison-Blanche, Donald Trump a estimé qu'il fallait "tester" la possibilité d'un traitement aux UV ou en injectant du désinfectant aux malades du coronavirus. Une déclaration jugée irresponsable par de nombreux médecins.

Le président américain Donald Trump, le 23 avril, lors de son briefing quotidien à la Maison Blanche.
Le président américain Donald Trump, le 23 avril, lors de son briefing quotidien à la Maison Blanche. © White House

Il a sidéré à peu près tout le monde. Jeudi soir, lors de son point quotidien face aux journalistes attachés à la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a laissé entendre qu'un traitement à base "d'ultraviolets" ou "de désinfectant" était envisageable pour lutter contre le coronavirus, réagissant ainsi à la présentation des résultats très préliminaires d'une étude sur les effets de la chaleur ou de la javel notamment sur le Sars-Cov-2.

Le président Trump, s'adressant par moments à Deborah Birx, la médecin qui, depuis mars 2020, coordonne pour le groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche, a jugé "très intéressants" les premiers résultats de cette étude. Pourtant, de nombreux médecins ont ensuite alerté sur la dangerosité du discours présidentiel.

Ce qu'a dit le président américain

Visiblement passionné par l'exposé de Bill Bryan, haut responsable du département à la Sécurité intérieure, à propos de cette étude qui montrerait que le virus ne vit pas aussi longtemps dans des températures plus élevées et plus humides, Donald Trump a repris la parole, comme le montre la vidéo intégrale du briefing (à 26'). Voici la retranscription précise de ce qu'il a dit :

"Donc, supposons qu'on frappe le corps avec une grande dose d'ultraviolets ou simplement une lumière très puissante... Je crois que vous avez dit que que ça n'a pas encore été testé, mais ça va l'être. Supposons qu'on amène la lumière à l'intérieur du corps, ce qu'on peut faire à travers la peau ou d'une autre façon : nous allons tester cela, car ça a l'air intéressant."

"Et puis je vois le désinfectant qui neutralise le virus en une minute… Est-ce qu'on pourrait faire quelque chose comme ça ? Avec une injection dans le corps, presque comme un nettoyage… Car vous voyez, le virus fait des dommages dans les poumons chez un grand nombre de personnes, ce serait intéressant d'examiner ça."

"Il faudrait voir avec des docteurs en médecine si c'est possible, mais ça me semble être une piste intéressante. Donc nous allons voir, mais tout le concept de la lumière et de la disparition du virus en une minute, c'est assez puissant."

Peut-être que vous le pouvez, peut-être que vous ne le pouvez pas (...) Je ne suis pas médecin.

Un peu plus de 20 minutes plus tard, Donald Trump revient sur le sujet après la question d'un journaliste, soulignant le travail "des plus grands laboratoires du monde" sur cette étude. "Peut-être que vous le pouvez, peut-être que vous ne le pouvez pas... Je ne sais pas, je ne suis pas médecin", laisse-t-il en suspens, avant de s'adresser à Deborah Birx. 

"Deborah, avez-vous déjà entendu parler de ça, de la chaleur et de la lumière par rapport à certains virus et celui là en particulier ?", interroge Donald Trump. "Pas comme traitement", hésite-t-elle avant de rappeler que "la fièvre est une bonne chose car cela aide votre corps à réagir". Revenant sur la question du soleil et de la chaleur, Trump conclut : "Je pense que c'est une bonne chose à étudier"

Pourquoi il faut prendre ce sujet avec beaucoup plus de pincettes que Donald Trump

Sur Twitter, plusieurs médecins américains ont alerté sur les dangers d'appliquer soi-même une telle méthode de traitement, en particulier en utilisant du désinfectant, dénonçant au passage une attitude "irresponsable" du président américain

"S’il vous plaît, ne buvez pas de javel ou d’alcool à 90 degrés pour débarrasser votre salive du Covid-19", écrit Dara Kass dans un tweet repéré par 20 Minutes. Au-delà du risque d'automédication, plusieurs spécialistes soulignent que les désinfectants ou l'alcool à très haut degré d'alcool représentent des toxines connues comme dangereuses pour le corps humain et qu'il semble impossible d'introduire dans l'organisme d'un malade.  

Quand à l'étude concernant l'affaiblissement du virus au contact du soleil et de la chaleur, si elle semble plus sérieuse que l'hypothèse du désinfectant, rien ne prouve aujourd'hui qu'il suffit de s'exposer aux UV ou aux rayons du soleil pour se débarrasser du coronavirus. D'ailleurs, l'épidémie de Covid-19 s'est avérée virulente dans plusieurs régions du mondes où les températures sont actuellement élevées, y compris aux Etats-Unis, comme le relève Le Monde.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.