ebola
ebola © Radio France

Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent ce lundi au Luxembourg pour "galvaniser" la réponse européenne à l'épidémie d'Ebola. Le Liberia, pays le plus touché, a exhorté ce dimanche "chaque nation" à se mobiliser.

Le dossier Ebola se hisse en haut de l'agenda européen, alors que le bilan de cette fièvre hémorragique dépasse les 4.500 morts. Selon des sources européennes, les 28 vont plancher ce lundi sur un "état des lieux global" recensant les moyens de mieux répondre à l'appel à l'aide africain.

L'Union Européenne est surtout sous pression pour envoyer plus de personnel formé sur place. Selon une source européenne, l'idée est d'articuler l'aide internationale autour de trois "pays leaders", les Etats-Unis pour le Libéria, la Grande-Bretagne pour le Sierra Leone, et la France pour la Guinée. La France et l'Allemagne insistent de leur côté sur la nécessité d'un dispositif coordonné d'évacuations sanitaires, pour assurer le flux de renforts européens.

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères:

Couper tous les liens avec les pays touchés par Ebola serait une sottise.

La Grande-Bretagne veut doubler l'aide apportée à l'Afrique

Dans une lettre à ses partenaires, le Premier ministre britannique David Cameron les a pressés de porter l'aide européenne à un milliard d'euros. Le montant actuel s'établit "autour de 500 millions d'euros" dont 180 millions d'euros pour la seule Commission européenne, selon un diplomate. Le dirigeant britannique veut aussi "accentuer la coordination pour le contrôle des points d'entrée" en Europe, après la contamination d'une aide-soignante espagnole, qui a levé un vent de panique sur le Vieux-Continent.

De son côté, la France a mis en place depuis samedi matin des contrôles de température à l'arrivée à Roissy du vol direct de Conakry, en Guinée. Un contrôle auquel les Guinéens se sont prêtés sereinement, entre craintes et relativisme.

Philippe Randé a rencontré l'un de ces passagers guinéens dans les couloirs de Roissy :

Après la France, samedi, la Belgique va mettre en place aujourd'hui un "screening" des voyageurs en provenance des pays touchés, annonce le Premier ministre belge Charles Michel. Les deux pays sont les seuls en Europe à assurer des vols directs avec l'épicentre de l'épidémie: Air France assure un vol quotidien Conakry-Roissy et Brussels Airlines dessert en outre Monrovia et Freetown.

Suivant l'exemple américain, la Grande-Bretagne a été la première à instaurer cette surveillance à l'entrée. Pour l'OMS, la priorité doit rester aux contrôles au départ des pays affectés, mais les autorités veulent rassurer, alors que les alertes se multiplient.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.