"C'est la plus grave urgence de santé publique" a reconnu le Président Obama
"C'est la plus grave urgence de santé publique" a reconnu le Président Obama © maxppp

Le président des Etats-Unis demande aux Américains de ne pas "céder à l'hystérie ou à la peur" face à Ebola, les appelant à se baser sur les faits. Un patient libérien est mort du virus et deux membres du personnel soignant infectés sur le sol américain.

Ne pas perdre son sang-froid face à Ebola : c'est en substance le message adressé par Barack Obama ce samedi lors de son alluction hebdomadaire. Le président des Etats-Unis admet que de nouveaux cas "isolés" sont possibles, mais ajoute que son pays ne fait pas face à une "épidémie".

Barack Obama :

Nous avons tous - citoyens, dirigeants, médias - une responsabilité, et un rôle à jouer. Si nous prenons les mesures nécessaires, si nous sommes guidés par la science, alors je suis parfaitement convaincu que nous pouvons éviter une grave épidémie aux Etats-Unis et guider le monde dans cet effort urgent.

Les précisions de Charlotte Alix, notre correspondante à New York :

Un "monsieur Ebola" nommé pour coordonner la riposte

Afin de rassurer les Américains, Barack Obama a annoncé vendredi la nomination d'un coordinateur chargé d'organiser la détection, l'isolement et le traitement des personnes touchées par le virus. Ron Klain, avocat et fin connaisseur de la politique américaine, aura pour principale mission de faire travailler main dans la main les différents services de l'administration.

Si la Maison Blanche a choisi le terme de "coordinateur", les médias américains ont retenu celui de "tsar", souvent utilisé aux Etats-Unis pour désigner une personne ayant des pouvoirs étendus dans une période de crise, comme par exemple dans la guerre contre la drogue ou le redressement de l'industrie automobile.

Deux infirmières ont été testées positives à Ebola aux Etats-Unis. Ces deux femmes travaillaient au Texas Health Presbyterian Hospital de Dallas et avaient été au chevet du patient libérien, mort le 8 octobre. Le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique a continué de s'alourdir à 4.555 morts et 9.216 cas enregistrés, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon les derniers chiffres publiés vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

ebola : les cas hors d'Afrique
ebola : les cas hors d'Afrique © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.