Après une campagne tendue, les partisans du non sont ravis
Après une campagne tendue, les partisans du non sont ravis © Reuters / Dylan Martinez

Après une campagne qui a vu s'affronter les partisans du oui et du non à l'indépendance dans tout le pays, les Ecossais ont choisi de rester au sein du Royaume Uni. Le monde politique britannique, David Cameron en tête, est soulagé.

Les Ecossais ont donc voté non à l'indépendance. Les résultats de ce référendum historique marquent avant tout par une participation massive, 85% de participation, à la hauteur de l'enjeu historique.

Le non recueile 55,3 % des suffrages, le oui 44,7 %.

Le vote est moins serré que prévu puisque le non obtient une victoire confortable, selon les chiffres officiels publiés vendredi matin. Le non obtient 55,3 % des suffrages contre 44,7 % pour le oui.

Pour le Premier ministre de la région semi-autonome Alex Salmond, c'est une immense déception et un énorme soulagement pour le chef du gouvernement central David Cameron angoissé par la perspective d'un éclatement du Royaume-Uni.

Alex Salmond, 59 ans a fait une déclaration publique à Edimbourg dans laquelle il reconnaissait la victoire du non. "L'Ecosse a décidé, à la majorité, de ne pas devenir un pays indépendant", a-t-il dit devant des partisans étaient en pleurs.

David Cameron avait salué la victoire du camp du non dans un tweet au responsable de la campagne du non, soutenue par les trois partis traditionnels britanniques et également par les marchés britanniques.

Le scrutin qui s'annonçait très serré, s'est traduit par une participation record de l'ordre de 85%.

David Cameron a promis des prérogatives supplémentaires au parlement régional d'Holyrood, en matière fiscale notamment, au cas où les Ecossais renonceraient à l'indépendance.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.