John Kerry en visite au Caire
John Kerry en visite au Caire © Reuters / Charles Dharapak

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, est en visite au Caire pour asseoir les relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Égypte. Des tensions et préoccupations liées aux droits de l'Homme persistent.

Cette visite de John Kerry est la première étape d'une tournée au Moyen-Orient et en Asie. Les deux pays, aux relations tumultueuses depuis la révolution égyptienne de 2011 et l'éviction de l'ancien président Mohamed Morsi en 2013, se sont plus ou moins rabibochés ces derniers mois, grâce à la reprise, en mars, de l'assistance militaire américaine de 1,3 milliard de dollars par an.

Les Etats-Unis et l'Egypte sont en train de retrouver une base plus solide pour leur releation

Déclaration signée John Kerry dimanche au Caire

Lutte contre les djihadistes

Le Caire demeure l'un des alliés les plus solides de Washington dans la région. Les discussions avec le chef de la diplomatie éguyptienne Sameh Coukri ont abordé la coopération accrue entre l'Egypte et les Etats-Unis sur la sécurité à la frontière avec la Libye. Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont exploité le vide du pouvoir en Libye pour s'implanter dans ce pays, laissant craindre que les violences ne débordent vers l'Egypte voisine. Le Caire et Washington s'alarment de l'insurrection jihadiste dans le nord de la péninsule égyptienne du Sinaï.

Prudence sur les atteintes aux droits de l'Homme

Johnn Kerry a souligné l'importance d'organiser des élections législatives "libres, honnêtes et transparentes" d'ici la fin de l'année en Égypte. Les Etats-Unis ont exprimé leurs inquiétudes concernant les atteintes aux libertés. Les Américains continuent de dénoncer la terrible répression menée par le régime du président Sissi contre les partisans de son prédécesseur, l'islamiste Mohamed Morsi. Ce dimanche, un tribunal a reporté au 29 août son verdict dans le procès de trois journalistes de la chaîne qatarie Al-Jazeera, dont la première condamnation à des peines de prison allant jusqu'à 10 ans avait provoqué un tollé international et suscité des condamnations de Washington.

Rassurer les pays du Moyen-Orient sur le nucléaire iranien

Au Caire, John Kerry a vanté les mérites de l'accord sur le nucléaire iranien.

Il n'y a absolument pas de doute, si l'accord de Vienne est entièrement appliqué, l'Egypte et tous les pays de cette région seront plus en sécurité(...) comme ils ne l'ont jamais été

John Kerry rencontrera lundi à Doha ses homologues des six monarchies sunnites du Golfe pour tenter d'apaiser leurs craintes suscitées par l'accord sur le nucléaire conclu en juillet entre Téhéran et les grandes puissances. Les monarchies du Golfe se méfient des ambitions régionales de l'Iran chiite.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.