violences à l'occasion du 3e anniversaire de la révolution en égypte
violences à l'occasion du 3e anniversaire de la révolution en égypte © reuters
**Les violences qui ont eu lieu hier en Égypte à l'occasion du troisième anniversaire du déclenchement de la révolution de 2011 ont fait 49 morts et près de 250 blessés. Plus de 1.000 personnes ont été arrêtées selon un décompte du ministère de l'intérieur.** Jamais les fractures politiques du pays n'ont été autant visibles qu'en ce troisième anniversaire de la révolution contre Hosni Moubarak. **Les forces de l'ordre** , désormais visées quasi-quotidiennement par des attentats, assurent mener depuis la destitution de Mohammed Morsi une "guerre contre le terrorisme". **Les médias** ont pris fait et cause pour le pouvoir en place. radios et télévisions diffusent régulièrement des clips à la gloire de l'armée et de la police et dénigrent sans relâche la confrérie, qui avait pourtant remporté toutes les élections depuis le départ de Moubarak. **Place Tahrir** , épicentre de la révolte de 2011, a été samedi le théâtre d'une démonstration de force des nouvelles autorités dirigées de facto par l'armée destinée à prouver la popularité du général Sissi, qui cherche une caution dans la rue à son éventuelle candidature à la présidentielle. Les célébrations du troisième anniversaire de la révolte qui avait chassé Hosni Moubarak du pouvoir se sont ainsi transformées en manifestation à la gloire du général al-Sissi, ce que les quotidiens égyptiens résument en titrant "le défi du peuple au terrorisme". Depuis août, la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans ont été arrêtés. Les islamistes, cible principale des appels à la délation et du climat de haine de plus en plus palpable, ne sont cependant pas les seuls "ennemis intérieurs" désignés. Les médias egyptiens dénoncent aussi inlassablement la "cinquième colonne", composée pêle-mêle des militants progressistes, des journalistes et des étrangers. Samedi, **les opposants** aux nouvelles autorités emmenés par les Frères musulmans, et les mouvements de la jeunesse, fer de lance de la révolte de 2011, ont été violemment dispersés par la police massivement déployée dans le pays, à grands renforts de grenades lacrymogènes et de tirs de fusil à pompe. Soutenus par des civils armés. **Vanessa Descouraux est au Caire**
Sx attentats ont visé la police vendredi et samedi au Caire. La plupart des attentats meurtriers ont été revendiqués par un groupe jihadiste basé dans le Sinaï et disant s'inspirer d'Al-Qaïda. Mais les autorités accusent les Frères musulmans, récemment déclarés "terroristes". De nouvelles violences pourraient encore intervenir, les pro-Morsi appelant à défiler de nouveau dimanche et les jours à venir pour commémorer les 18 jours de la révolte de 2011.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.