L'élection de Mohamed Morsi à la présidence est une vraie révolution à elle seule. Un civil appartenant à la confrérie des Frères musulmans président de la république ! Il faut se frotter les yeux pour y croire. Du jamais vu dans l'histoire récente égyptienne où les militaires monopolisaient les sommets de l'Etat. Pour l'Egypte, une nouvelle ère commence.

Vu de l'ambassade d'Egypte à Paris, on attend aussi le changement... L'ambassadeur actuel, Nasser Kamel, est toujours en poste, plus d'un an et demi après la révolution de Tahrir. Ce diplomate, issu de l'ancien régime et très proche de Gamal Moubarak, aura occupé sa fonction jusqu'au bout. Ironiquement, il était même invité le 19 avril dernier à donner une conférence à la Monaco Méditerranée Foundation à l'Hôtel Hermitage. Intitulé de son intervention : "La révolution égyptienne : un an après..."

Un diplomate qui a pourtant justifié jusqu'au bout la répression du régime, mais les organisateurs de la rencontre n'étaient sans doute pas au courant. Sa conférence a finalement été annulée parce que Nasser Kamel devait représenter l'Egypte à une réunion internationale sur les sanctions contre la Syrie.

Le nouvel ambassadeur, Mohamed Kamel, devrait prendre son poste à Paris dans les prochaines semaines. Francophone, il est issu du corps diplomatique. Quant à Nasser Kamel, retour au Caire où l'attend une affection aux affaires étrangères. On évoque un poste en relation avec l'économie internationale. "En Egypte, il n'y a pas de chasse aux sorcières" , constate un diplomate occidental. Les régimes passent, les fonctionnaires demeurent. Une histoire vieille de plusieurs millénaires...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.