Triple attentat sanglant au Caire
Triple attentat sanglant au Caire © Reuters / Reuters
**Un kamikaze a fait sauter une voiture piégée ce vendredi matin sur le parking du quartier général de la police égyptienne au Caire.** **Dans les heures suivantes, trois autres explosions ont secoué la capitale. Au moins six personnes sont mortes.** **Ces nouvelles violences surviennent à la veille du troisième anniversaire du soulèvement qui a abouti le 11 février 2011 à la chute du président Hosni Moubarak.** L'explosion, l'une des plus audacieuses attaques contre l'Etat depuis des mois, a endommagé la façade du Directoire de la sécurité du Caire, qui abrite la police et la sécurité d'Etat. **"Les Frères musulmans, coupables à coup sûr pour la rue égyptienne", explique Vanessa Descouraux, la correspondante de France Inter au Caire.**
Quelques heures plus tard, trois autres explosions ont secoué la capitale, faisant plusieurs morts et des dizaines de blessés. L'attentat suicide au QG de la police a été le plus meurtrier : quatre personnes ont perdu la vie et plus de 70 autres ont été blessées, selon le ministère de l'Intérieur. ### Trois ans après la révolution Cette vague d'attentats n'a pas été revendiquée dans l'immédiat. Mais elle survient à la veille du troisième anniversaire du soulèvement qui a abouti le 11 février 2011 à la chute du président Hosni Moubarak. Le premier ministre Hazem el Beblaoui a condamné une action "terroriste" visant à faire dérailler le processus de transition qui, a-t-il dit, sera appliqué "fermement". **► ► ► ALLER PLUS LOIN |** **[Le zoom de la rédaction : "Egypte, révolution An III" ](http://www.franceinter.fr/emission-le-zoom-de-la-redaction-egypte-revolution-an-iii)** Des élections présidentielle et législatives doivent être organisées prochainement en Egypte, après l'adoption d'une nouvelle Constitution par référendum à la mi-janvier. Les attaques de militants islamistes contre les forces de l'ordre se sont multipliées depuis que l'armée a déposé le président Mohamed Morsi le 3 juillet 2013 après de grandes manifestations contre le chef de l'Etat issu des Frères musulmans. Les autorités intérimaires ont engagé une répression implacable contre la confrérie, dont plusieurs milliers de partisans ont été tués ou arrêtés. Les Frères musulmans, qui assurent ne pas recourir à laviolence, sont classés depuis décembre comme une organisation terroriste.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.