L'immigration a été le sujet central de la campagne dans un pays ou le parti d'extrême droite FPÖ a déjà fait partie de la coalition gouvernementale

Les derniers heures de meeting pour Heinz-Christian Strache, le candidat du FPÖ
Les derniers heures de meeting pour Heinz-Christian Strache, le candidat du FPÖ © Reuters / Michael Dalder

Les électeurs autrichiens renouvellent ce dimanche 15 octobre les 183 sièges de leur Parlement. Des élections de pourraient permettre au FPÖ de devenir à nouveau un partenaire de coalition gouvernementale. L'ÖVP et le FPÖ, dirigé à l'époque par Jörg Haider, ont déjà gouverné ensemble dans les années 2000.

Le chef du parti conservateur (ÖVP) Sebastian Kurz est donné vainqueur à plus de 30 % des suffrages. Le parti d'extrême droite FPÖ et les sociaux-démocrates du SPÖ se disputent la seconde place autour de 25%. Il faudra donc très probablement une coalition pour constituer un gouvernement entre Sebastian Kurz et le FPÖ dont il a embrassé le discours de fermeté vis-à-vis de l'immigration est probable. L’immigration, devenue le sujet central des débats pour les législatives.

Le FPÖ surfe depuis deux ans sur les effets de la crise des réfugiés qui a vu l'Autriche accueillir un grand nombre de demandeurs d'asile. Le FPÖ, fondé par d'anciens nazis et rejoint par des libéraux, a également été aidé par une fin de campagne chaotique, qui a tourné au grand déballage et aux échanges d'invectives entre sociaux-démocrates et conservateurs.

► Écoutez le reportage de Nathanaël Charbonnier à Vienne

L'usure du pouvoir des deux grandes formations parlementaires autrichiennes pourrait en outre profiter au FPÖ. Le SPÖ et l'ÖVP ont gouverné ensemble durant quarante-quatre ans depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. Et pendant dix-sept autres années, l'un ou l'autre des deux partis a été seul au pouvoir. Ce que le FPÖ a abondamment dénoncé.

D'après les sondages, plus d'un quart des électeurs n'avaient pas encore arrêté leur choix la semaine dernière.

Les candidats

ÖVP : Sebastien Kurz, 31 ans, ministre des affaires étrangères depuis 2013. Ministre depuis six ans; il a pourtant réussi à s'imposer comme la figure du renouveau en Autriche. Il est comparé à Emmanuel Macron, tout en étant bien plus à droite. Il a pris la tête et refaçonné totalement son parti. Su les affiches, la mention ÖVP a été escamotée, au profit de l'appellation "Liste Kurz".

SPÖ : Christian Kern, 51 ans, son parti social-démocrate gouverne depuis dix ans avec les conservateurs. Il met en garde contre le retour de l'expérience de coalition entre conservateurs et extrême droite.

FPÖ : Heinz-Christian Strache, 48 ans, leader du parti d’extrême droite depuis douze ans. Son parti se présente comme le défenseur des classes populaires tout en manifestant un grande hostilité envers l'immigration et à l'islam, Heinz-Christian Strache se rêve en vice-chancelier du futur gouvernement. A 48 ans, l'ancien "jeune loup" qui avait débordé Haider sur sa droite a abandonné les provocations et écarté les membres les plus extrêmes de son parti.

En Autriche, le FPÖ pourrait retourner au gouvernement
En Autriche, le FPÖ pourrait retourner au gouvernement © AFP / Sophie RAMIS, Thomas SAINT-CRICQ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.