Il se gratte le menton, le regard perdu au dessus de son volant. Le jeune chauffeur de taxi médite l'information que je viens de lui donner. "Le pape a démissionné" . Il ne m'a pas cru et il faudra la une d'un journal local vendu à un rond point de Brazzaville pour qu'il intègre cette donnée.

Lui qui était un moulin à paroles cinq minutes plus tôt se terre dans un mutisme. Il finit par souffler dans un murmure : "C'est la fin du monde . Notre monde n'est plus protégé. Tout change et ça veut dire que c'est fini" .

Ce sentiment est largement répandu. De l'autre coté du fleuve Congo à Kinshasa où la misère colle à la peau de chacun, cette démission est le signe d'un abandon.

Ferveur papale en Afrique
Ferveur papale en Afrique © Radio France / FI

"Nous sommes malades, souffrants, misérables, et chaque soir on prie, et lui le représentant de Dieu sur terre, sur le simple prétexte qu'il est vieux et fatigué, il se retire. Qu'est ce que ça veut dire. Ma mère a prié jusqu'à ce que la mort vienne la chercher ."

Les témoignages affluent.

Toutes les générations ont leur mot à dire. " Benoit XVI abandonne signifie qu'il n'y croit plus. C'est un séisme. Dieu n'est plus crédible. Vers qui se tourner désormais".

En République Démocratique du Congo , les fidèles sont moins nombreux chaque année. La misère galopante dans les bidonvilles tentaculaires de Kinshasa est un terreau pour les Evangelistes .

Depuis lundi, les pasteurs s'en donnent à coeur joie dans leurs offices pour blamerun pape enfermé dans son palais d'argent et qui pour un mauvais rhume ou la peur de mourrir se retire . L'explication passe mal et beaucoup d'Africains se trouvent désoeuvré.

Je revois la ferveur dans les rues de Yaoundé au Cameroun et Luana en Angola en 2009 lors du voyage papal. Benoit XVI surpris par l'enthousiasme de ce continent noir.

Me reviennent sur les flots boeux du fleuve Congo en écoutant le désapointement des congolais les mots d'Alain Souchon "Et si en plus, il n'y a personne "

Derniers articles