Répétitions au millimètres de la parade de ce samedi à Pyongyang
Répétitions au millimètres de la parade de ce samedi à Pyongyang © MaxPPP

Fanfares, drapeaux et défilés militaires… Les festivités célébrant l’anniversaire du Parti des travailleurs s’annoncent grandioses. Une opération de propagande à destination des Nord-Coréens comme de la communauté internationale.

Voilà trois générations que les Kim - seule dynastie communiste de l’Histoire - règnent sur la Corée du Nord. Depuis la création du Parti des travailleurs, à l’origine d’inspiration marxiste-léniniste, en fait totalement dévoué à son dirigeant. C'est le grand-père du numéro un actuel, Kim Jong-Un, qui a mis en place ce fonctionnement.

La parade de ce samedi s’annonce géante, peut-être parmi les plus grandes de l'histoire nord-coréenne, d’après les chercheurs de l'Institut américano-coréen de l'Université John Hopkins. En témoigne les ouvriers, étudiants et militaires mobilisés en masse . Des blindés et lance-roquettes ont été rassemblés à la périphérie de Pyongyang depuis le mois de juillet. Selon le site sud-coréen Daily NK, la priorité accordée au défilé a d'ailleurs provoqué despénuries à Pyongyanget une augmentation des prix des biens électroniques, de la nourriture et du fuel domestique.

Le travail forcé pilier du régime

Ces défilés militaires grandioses visent à mettre en scène la fierté nationale. Ils s’adressent aux Nord-Coréens, censés redoubler de ferveur patriotique, comme au reste du monde. Le message est clair : Pyongyang fait peu de cas de ce que la planète pense de ses programmes nucléaire et de missiles.

Ce jeudi, Human Rights Watch a profité de l’occasion pour rappeler que le régime de Kim Jong-Un tient en partie grâce au travail forcé :

Si Pyongyang veut vraiment célébrer son parti fondateur, elle doit mettre un terme à son exploitation prédatrice de la force de travail de sa population. Le travail forcé domine la vie des gens ordinaires.

HRW demande aux Nations-Unies d’exiger la fin de ce système économique. Pyongyang dément avec véhémence tout abus des droits de l'Homme, affirmant qu'il s'agit d'une campagne de diffamation orchestrée par les Etats-Unis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.