A l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, la Corée du Nord organisait ce samedi un défilé militaire géant. Une façon pour le pays de montrer sa force.

Des dizaines de milliers de soldats de "l'Armée du peuple" ont défilé
Des dizaines de milliers de soldats de "l'Armée du peuple" ont défilé © AFP / Ed Jones

Plusieurs dizaines de milliers de soldats ont défilé, samedi, dans les rues de Pyongyang, la capitale de Corée du Nord, à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, nom officiel du régime) et grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-Un.

Toutes les forces armées du pays ont participé à ce défilé militaire monumental
Toutes les forces armées du pays ont participé à ce défilé militaire monumental © AFP / Ed Jones

Les soldats de l'armée de Terre, de l'armée de l'Air et de la Marine ont défilé au pas de l'oie devant Kim Jong-Un, après avoir patienté plusieurs heures dans des camions qui étaient aligés le long du Taedong, le fleuve qui traverse la capitale nord-coréenne.

Des civils ont également participé à ce défilé, voulu comme une manifestation massive
Des civils ont également participé à ce défilé, voulu comme une manifestation massive © AFP / Ed Jones

Des missiles non-identifiés

Malgré ses allures de fête populaire, avec des participants drapés de couleurs vives, ce défilé - à l'occasion duquel des journalistes étrangers ont été autorisés à entrer dans le pays - était avant tout une véritable démonstration au monde de la force militaire de la Corée du Nord : après les soldats ont défilé des chars, puis des semi-remorques portant 56 gigantesques missiles de 10 types différents. La chaîne de télévision américaine CNN a notamment filmé cette exposition de l'arsenal militaire du pays.

Selon des spécialistes militaires, plusieurs des armes vues ce samedi lors du défilé sont des missiles plus longs que ceux connus jusqu'à présent. Selon le spécialiste de la Corée du Nord Chad O'Carroll, il pourrait s'agir de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, malgré les interdictions des Nations unies de se doter d'un missile capable d'atteindre directement les Etats-Unis.

L'un des missiles non-identifiés présentés aux spectateurs samedi
L'un des missiles non-identifiés présentés aux spectateurs samedi © AFP / Ed Jones

"Evidemment, c'est une réponse directe de Pyongyang à Donald Trump", a commenté l'historienne Juliette Morillot ce samedi sur Franceinfo, tout en précisant que "la Corée du Nord n'attaquera jamais en premier". Avant le début du défilé, le numéro 2 du régime, Choe Ryong-Hae, avait déclaré :

"Nous sommes prêts à répondre à une guerre totale par une guerre totale".

Risques d'essais nucléaires

Les festivités du 105e anniversaire de Kim Il-Sung interviennent sur fond de tension grandissante avec les Etats-Unis. Vendredi, la Chine a estimé qu'un "conflit peut éclater à tout moment", appelant les responsables des deux pays au "dialogue" : Pékin plaide pour un modèle de "suspension contre suspension", où Pyongyang accepterait de cesser ses activités nucléaires et balistiques si Washington accepte d'en finir avec ses exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, que le Nord voit comme une menace.

Le leader du régime, Kim Jong-Un, a présidé le défilé
Le leader du régime, Kim Jong-Un, a présidé le défilé © AFP / Ed Jones

La Russie également s'est dite "très inquiète" et a appelé "à la retenue" vis-à-vis de "toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation". Car selon des sites internet spécialisés dans l'analyse d'images satellite, le site d'essais nucléaires Nord-Coréen est "amorcé et prêt" à servir. La communauté internationale redoute que le pays veuille, pour ajouter à sa démonstration de force, procéder à un nouveau test de missile balistique voire nucléaire ce week-end.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.